A San Francisco, une journée de transports en commun gratuits après un piratage informatique

Le tramway de San Francisco (Californie, Etats-Unis), à l\'été 2014.
Le tramway de San Francisco (Californie, Etats-Unis), à l'été 2014. (SERRANO ANNA / HEMIS.FR)

L'agence de transport en commun de la ville californienne a été attaquée par des pirates informatiques, samedi 26 novembre. Elle n'a eu d'autre choix que de laisser l'accès libre à ses trams, bus et métros avant un retour à la normale le lendemain.

La compagnie de transport public de San Francisco a fait les frais d'un piratage informatique sans précédent samedi 26 novembre. Pendant toute une journée, les écrans de distributeurs de billets affichaient à travers toute la ville "you hacked, ALL data encrypted" (littéralement "vous êtes hackés, toutes les données ont été chiffrées").

Une demande de rançon de 73 000 bitcoins

Le piratage du réseau informatique avait pour but de soutirer une rançon à la compagnie de transport californien (Muni). Les pirates réclamaient le versement de 73 000 bitcoins (l’équivalent de 50 millions d’euros, note BFMTV) pour un retour à la normale. Le tout pointait vers une adresse e-mail russe pour envoyer le versement, précise BFMTV.

Refusant de s'y plier, la Muni a alors décidé de bloquer ses distributeurs de billets et de laisser ses clients voyager gratuitement toute une journée. 

Une gratuité néanmoins de courte durée. Dès dimanche matin, les utilisateurs du réseau ont dû à nouveau payer leur trajet quotidien. L'agence, qui disposait d’une sauvegarde complète de son système, est en effet parvenue à rétablir ses serveurs informatiques.

Vous êtes à nouveau en ligne