Une conférence sur l'avenir de l'Afghanistan s'est ouverte à Istanbul. Elle rassemble une 20aine de pays.

Le President turque Abdullah Gul (Centre), le Pakistanais Asif Ali Zardari (Droite) et l\'Afghan Hamid Karzai (Gauche).
Le President turque Abdullah Gul (Centre), le Pakistanais Asif Ali Zardari (Droite) et l'Afghan Hamid Karzai (Gauche). (MUSTAFA OZER / AFP)

"Pour restaurer la sécurité en Afghanistan, une solidarité régionale sincère est indispensable", a déclaré le président turc Abdullah Gül, dans son discours d'ouverture.

"Pour restaurer la sécurité en Afghanistan, une solidarité régionale sincère est indispensable", a déclaré le président turc Abdullah Gül, dans son discours d'ouverture.

La conférence, intitulée "Sécurité et coopération au coeur de l'Asie", se tient alors que l'insurrection afghane multiplie ses attaques sur le terrain et risque de remettre en cause le calendrier de retrait des forces internationales, prévu d'ici à la fin de 2014.

Le président afghan Hamid Karzaï doit notamment dévoiler à Istanbul la liste des districts et provinces afghans qui figureront dans la deuxième tranche du processus de transition, dans le cadre duquel la force de l'Otan (Isaf) transmet la responsabilité de la sécurité aux forces de sécurité afghanes. La première tranche de sept zones a été lancée en juillet. Le processus doit se terminer fin 2014, échéance à laquelle la coalition prévoit d'avoir retiré l'ensemble de ses troupes de combat.

Lever le voile sur la mort de Burhanuddin Rabbani

Mardi, avant cette conférence, le président Karzaï et son homologue pakistanais Asif Ali Zardari se sont rencontrés à Istanbul, sous l'égide de la Turquie, qui s'est efforcée d'apaiser les tensions et différends entre les deux pays voisins. Les deux présidents ont décidé d'entamer une coopération pour élucider l'assassinat de l'ex-président afghan et négociateur de paix Burhanuddin Rabbani, en septembre, qui a contribué à envenimer des relations bilatérales déjà tendues.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a annulé sa venue à Istanbul, du fait du décès de sa mère. Le chef de la diplomatie française Alain Juppé a également annulé sa venue en raison des nouveaux développements dans la crise de la dette de la zone euro.

La conférence d'Istanbul sera suivie début décembre par celle de Bonn, en Allemagne, qui réunira les principaux pays donateurs autour de l'avenir de l'Afghanistan, particulièrement après 2014, date prévue du retrait des troupes étrangères

Vous êtes à nouveau en ligne