Génocide arménien : des hackers turcs s'en prennent à des sites français

Capture d\'écran du site senat.fr, le 26 décembre 2011.
Capture d'écran du site senat.fr, le 26 décembre 2011. (FTVi)

Le site internet officiel du Sénat a été en partie rendu inaccessible dimanche 25 et lundi 26 décembre. Cette "opération de saturation", tout comme d'autres attaques, serait liée au vote de la loi sur les génocides.

La toile française est la cible des nationalistes turcs, très remontés après le vote à l'Assemblée de la loi réprimant la négation du génocide arménien. Dernier visé, le site internet du Sénat, inaccessible par intermittence les dimanche 25 et lundi 26 décembre. En tout, des dizaines de sites français auraient été attaqués par des pirates informatiques en représailles à la proposition de loi.

Les messages en turc sur les écrans des sites piratés s'en prennent à la politique française concernant la Turquie et accusent la France d'avoir orchestré "le génocide des Algériens"

• Le site de la députée Valérie Boyer toujours inaccessible

La première visée par ces attaques a été la députée UMP Valérie Boyer, à l'origine de la proposition de loi et menacée de mort sur les réseaux sociaux. Son site personnel, valerie-boyer.fr, piraté pendant le week-end, est toujours inaccessible lundi soir. Selon le NouvelObs.com, l'opération aurait été menée par d'anciens membres du groupe turc Akincilar, qui s'était attaqué début novembre au site de Charlie Hebdo, rassemblés sous le nouveau nom de "GrayHatz".

• Le site du Sénat saturé par malveillance

Au Sénat, le service de communication se contente pour l'instant d'évoquer une opération de "saturation" du site, mais ce dernier a bel et bien été l'objet d'une cyber-attaque. Le site de la Haute assemblée a subi depuis dimanche "une attaque par déni de service distribué". Plusieurs ordinateurs ou adresses IP ont envoyé "des données pour saturer la bande passante du site" et en bloquer l'accès depuis l'extérieur. Les informaticiens du Sénat cherchent actuellement à identifier ces adresses IP.

Interrogé sur un éventuel lien avec le blocage du site de Valérie Boyer, le Sénat a dit ne pas disposer d'éléments permettant de l'étayer. Mais Guillaume Perrier, journaliste au Monde, a indiqué que le hacker turc Iskorpitx avait revendiqué la cyberattaque dans les commentaires de son blog Au fil du Bosphore. La situation semblait être revenue à la normale lundi en fin d'après-midi, le site étant de nouveau pleinement accessible.

• Une centaine de sites liés à la diaspora arménienne visés

Akincilar, à l'origine de l'attaque contre Valérie Boyer, a déclaré avoir l'intention de"pirater tous les sites web des députés français", selon le NouvelObs.com. 

Mais les pirates ne s'arrêtent pas à ces cibles politiques. Lundi, le groupe de pirates nationalistes Millikuvvetler.net a revendiqué sur le site turc cyberhaber.com le piratage d'environ 100 sites en France liés aux activités des Arméniens de France. Le site cyberhaber.com affirme (article en turc) même que la couturière Sonia Rykiel aurait été visée - son site semblait toutefois fonctionner normalement lundi soir.