Un débat historique sur le mariage gay s'ouvre aux États-Unis

(Joshua Roberts Reuters)

La Cour suprême américaine examine mardi et mercredi la question ultra-sensible du mariage homosexuel. Quatre Etats sur cinq l'interdisent mais il a les faveurs de l'opinion publique. La décision est attendue pour le mois de juin.

L'audience va durer deux
jours, mardi et mercredi, et se jouera en deux étapes. Dans un premier temps, les neuf sages de la Cour suprême vont
commencer par examiner l'interdiction du mariage des couples de même sexe en
Californie.

Ils examineront ensuite la loi de défense du mariage. Elle empêche
les homosexuels légalement mariés dans les neufs États qui l'autorisent d'être reconnus
comme tels au niveau fédéral.

Vers une option intermédiaire ?

De l'avis général, c'est le dossier californien qui ouvre le plus de perspectives et qui permettrait la légalisation du mariage gay au niveau fédéral. En Californie, le mariage a été reconnu un
temps mais il est désormais interdit par un amendement constitutionnel et a été remplacé par un pacte civil. Huit autres États ont également mis en place une telle union civile.

Le gouvernement Obama réclame que le mariage gay soit légal dans ces États pour lutter contre "une discrimination sur la base de l'orientation sexuelle". 

Selon les experts, quand la plus haute juridiction rendra sa décision fin juin, elle jouera probablement la prudence, en choisissant une option intermédiaire, plutôt que de légaliser immédiatement le mariage gay dans tout le pays.

Des manifestations des partisans et des opposants

Les débats promettent d'être agités pendant deux jours dans l'enceinte de la Cour suprême. D'autant qu'extérieur, partisans et opposants au mariage prévoient de défiler en nombre. Ils ont déjà commencé mardi matin.

Plusieurs centaines de partisans du mariage gay ou défenseurs du mariage traditionnel ont manifesté dans le centre de Washington. Les deux rassemblements, séparés en début de matinée, devaient ensuite se rejoindre devant les marches du bâtiment de la Cour suprême.

 

Vous êtes à nouveau en ligne