Turquie : Erdogan annonce trois mois d'état d'urgence après le putsch raté

Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d\'une interview accordée à la chaîne A-Jazeera, le 20 juillet 2016.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'une interview accordée à la chaîne A-Jazeera, le 20 juillet 2016. (TURKISH PRESIDENCY / MURAT CETIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le président turc l'a annoncé, mercredi soir.

La tentative de coup d'Etat en Turquie n'est "peut-être pas finie", a estimé le président turc. Recep Tayyip Erdogan a annoncé, mercredi 20 juillet, trois mois d'état d'urgence dans le pays.

"Protéger et renforcer les valeurs" de la démocratie

"Notre conseil des ministres a décidé de l'instauration de l'état d'urgence pour une durée de trois mois", a annoncé le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse à Ankara, la capitale. Cela était "nécesaire pour éradiquer rapidement tous les élements de l'organisation terroriste impliquée dans la tentative de coup d'Etat".

Critiqué sur la purge massive qui est menée depuis le putsch avorté, Le président turc s'est engagé à ne faire "aucune concession" sur la démocratie. "Nous n'avons jamais fait aucun compromis sur la démocratie, et nous n'en ferons jamais", a déclaré le dirigeant turc. Et d'ajouter que l'état d'urgence "n'est absolument pas contre la démocratie, la loi et les libertés. C'est tout le contraire: [il] vise à protéger et renforcer ces valeurs".

Erdogan demande à Ayrault de "se mêler de ses affaires"

Peu avant, Recep Tayyip Erdogan a demandé au ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault de "se mêler de ses affaires" en réponse à ses critiques sur les purges. Le chef de la diplomatie française avait réclamé dimanche le respect de l'Etat de droit en Turquie, refusant tout "chèque en blanc" au président Erdoga.

"Est-ce qu'il a l'autorité pour faire ces déclarations à mon propos? Non, il ne l'a pas. S'il veut une leçon de démocratie, nous pouvons aisément lui donner", a-t-il poursuivi lors d'une interview sur Al-Jazeera.