À l'approche des élections en Turquie, la jeunesse est en plein doute

Les Turcs sont appelés aux urnes dimanche 23 juin 2018.
Les Turcs sont appelés aux urnes dimanche 23 juin 2018. (MUSTAFA KAYA / XINHUA)

Un tiers des 55 millions de Turcs, qui sont appelés aux urnes dimanche, ont moins de 30 ans. Dans ce pays où la crise touche particulièrement les jeunes, la jeunesse est en plein doute.

La jeunesse turque est un enjeu particulier dans le vote pour les élections présidentielles et législatives qui a lieu, dimanche 23 juin, en Turquie. Sur les 55 millions d'électeurs, près d'un tiers ont moins de 30 ans. Cela se retrouve dans les discussions chez les jeunes où l'avenir est un sujet sensible dans un pays où le taux de chômage des jeunes dépasse les 28%.

Dans ce café situé dans le quartier Maltepe, à Istanbul, un jeune Turc, qui a choisi de devenir militaire explique que "c'est un métier sacré ! C'est une manière de servir la nation. Il y a aussi un bon salaire." L'armée représente un espoir de mieux gagner sa vie et se projeter dans l'avenir.

La religion, l'autre voie privilégiée

Cependant, une autre voie est aussi privilégiée par certains jeunes Turcs. Il s'agit de la religion. "Il y a aussi de l'argent à la mosquée, si tu veux devenir imam. Ils sont bien lotis", estime un autre jeune homme qui participe à la discussion.

À cet instant, ce n'est plus le jeune Turc qui parle, mais le musulman, qui se sent maltraité par l'occident et les États-Unis. Un nom surgit dans la discussion, que l'on croyait d'un autre temps : "Ben Laden ! On l'aime bien." Le terroriste est vu comme le défenseur des musulmans par ce groupe de jeunes. Mais, dans ce café, la discussion irrite un client plus âgé assis à côté. Les conséquences de la crise en Turquie sont loin d'être toutes connues.

Vous êtes à nouveau en ligne