VIDEO. La Turquie vit une nouvelle nuit de manifestations

A Ankara et à Istanbul, la police a eu recours à des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser les manifestants hostiles au gouvernement. 

Le mouvement de contestation contre la politique du Premier ministre islamo-conservateur turc, Recep Tayyip Erdogan, ne faiblit pas. Des milliers de manifestants sont de nouveau descendus dans les rues d'Istanbul, d'Ankara et de dizaines de villes de Turquie, dans la nuit du lundi 3 au mardi 4 juin. Et pour la cinquième nuit consécutive, les contestataires, jeunes pour la plupart, et les policiers ont repris leur violente confrontation, aussi bien dans la capitale qu'à Istanbul, à proximité des bureaux du chef du gouvernement. A Antakya, dans le sud du pays, un jeune homme de 22 ans, touché par balle, est mort.

A Istanbul, les policiers ont tiré des dizaines de grenades de gaz lacrymogène pour déloger les manifestants qui avaient érigé des barricades et allumé des feux. Les protestataires ont riposté par des jets de pierres. Et dans la capitale turque, les unités antiémeute ont utilisé les gaz lacrymogènes, les canons à eau et ont même tiré des balles en caoutchouc en direction des manifestants

Le chef du gouvernement a, de son côté, nié toute dérive autoritaire et rejeté l'idée d'un "printemps turc". II a même assuré depuis le Maroc, où il était en déplacement, que la situation était en voie d'apaisement dans son pays.

Vous êtes à nouveau en ligne