Comment suivre les événements en Turquie sur internet

Une jeune femme tape sur son portable en marge d\'un rassemblement sur la place Taksim à Istanbul, le 3 juin 2013.
Une jeune femme tape sur son portable en marge d'un rassemblement sur la place Taksim à Istanbul, le 3 juin 2013. (OZAN KOSE / AFP)

Francetv info a listé les principaux canaux utilisés par les manifestants turcs pour relater le mouvement de contestation dans leur pays. 

Ils brandissent casseroles et banderoles sur la place Taksim d'Istanbul et dans d'autres villes du pays pour exprimer leur mécontentement envers le gouvernement. Mais depuis cinq jours, les Turcs se mobilisent également en masse sur les réseaux sociaux pour témoigner des manifestations, souvent émaillées de heurts. Un pied de nez au Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, qui déclarait dimanche 2 juin : "Ces choses que l'on appelle les réseaux sociaux sont des fauteurs de troubles dans nos sociétés actuelles." Francetv info vous guide pour suivre la contestation en ligne.

Pour les témoignages

Sur Twitter. Difficile d'échapper aux messages relatifs à la Turquie. La mobilisation des internautes sur le réseau social est d'ores et déjà phénoménale, selon une étude de la New York University (en anglais). D'après elle, "au moins 2 millions de tweets" ont été envoyés dans la seule soirée de vendredi, soit une moyenne de 3 000 messages par minute. Dans cette vidéo, l'université localise les tweets postés depuis le 31 mai. 

Les hashtags de ralliement #direngeziparki et #occupygezi (du nom du parc ayant provoqué la colère des contestataires) et #taksim (du nom de la place où se rassemblent les manifestants à Istanbul) sont à retenir. Les deux premiers apparaissent parmi les vingt sujets les plus discutés sur Twitter dans le monde, note le site Statweestics, mardi, vers midi. Les internautes y postent principalement des photos des manifestations.

Sur Facebook. Les événements turcs s'invitent aussi sur le réseau de Mark Zuckerberg, très fréquenté en Turquie selon 20minutes.fr. La page Occupygezi, déclinée depuis Twitter, rassemble ainsi les dernières infos provenant d'Istanbul, Ankara et d'autres villes du pays. Le tout en anglais et très illustré. Mêmes contenus sur les pages Taksim Gezi Parki Dernegi (en turc) ou Lepetitjournal Turquie, pour les francophones. 

Pour les images

En photos. Les protestataires ne s'y sont pas trompés : rien de tels que des clichés pour marquer les esprits, qu'il s'agisse de la foule rassemblée place Taksim, de manifestants blessés ou de violents heurts avec la police. Pour prendre le pouls en images, rendez-vous sur Occupygezi pics, un tumblr qui rassemble les différentes photos postées sur les réseaux sociaux. Le site Saat2201 fonctionne sur le même principe et reprend les photos identifiées avec les hashtags les plus fréquentés. Pour les puristes d'Instagram, les mots-clés #occupygezi (plus de 130 000 photos) et #direngeziparki (plus de 140 000 photos) sont là encore incontournables.

En vidéos. L'application de partage de vidéos Vine est très prisée par les manifestants pour capturer quelques secondes des rassemblements, comme ici à Istanbul ou Ankara. 

Vous êtes à nouveau en ligne