En Turquie, la question kurde enjeu du scrutin

FRANCE 3

Dimanche 1er novembre auront lieu les élections législatives en Turquie. Des élections qui se dérouleront dans un contexte tendu sur fond d'affrontements entre le président turc et le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan). 

Le 10 octobre dernier, la ville turque d'Ankara était touchée par un attentat comparé à un 11 septembre dans le pays. Toute la population est bouleversée, 102 morts en majorité kurdes. Certes le gouvernent a décrété un deuil de trois jours, mais aucun représentant de l'État n'a participé aux funérailles des victimes.
 
Le groupe Etat islamique est pointé du doigt, mais pour l'opposition le président Erdogan est responsable. "Ceux qui ont le pouvoir en Turquie ne pensent pas que la paix est bonne pour eux. Soutenir une politique pacifique les affaiblit, alors ils retournent vers une politique celle de la force qui a toujours été la leur", explique Figen Yüksekdag, co-présidente du parti pro-kurde HDP.

Le PKK

Les Kurdes sont à cheval sur quatre pays, la Turquie, la Syrie, l'Irak et l'Iran. En Turquie, ils représentent 20% de la population. Ils étaient seuls à défendre la ville de Kobané, assiégée par le groupe Etat islamique. Longtemps Ankara est resté les bras croisés parce que leur venir en aide cela reviendrait peu ou prou à légitimer le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) que les Turcs considèrent comme une organisation terroriste. 
Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne