Un couple de Montpellier en garde à vue à Paris dans une enquête antiterroriste

Une voiture de police arrive au commissariat de Montpellier (Hérault), le 6 mai 2015.
Une voiture de police arrive au commissariat de Montpellier (Hérault), le 6 mai 2015. (PASCAL GUYOT / AFP)

Durant une perquisition menée au domicile des deux suspects, la semaine dernière, les policiers ont découvert un faux ventre de femme enceinte pouvant servir à une attaque kamikaze. Le couple est interrogé par les enquêteurs depuis mardi.

L'affaire a été jugée suffisamment sérieuse pour être confiée au parquet antiterroriste de Paris. Un couple résidant à Montpellier (Hérault) a été placé en garde à vue, lundi 21 décembre, puis transféré à Paris, mardi, pour être interrogé, notamment sur la découverte d'un faux ventre de femme enceinte pouvant être utilisé lors d'une attaque kamikaze.

La Française de 25 ans, jeune mère convertie à l'islam, et son compagnon franco-tchadien de 35 ans avaient été initialement placés en garde à vue pour apologie de terrorisme, dans une enquête menée localement. Selon le site de Midi Libre, cette garde à vue, débutée le 15 décembre, a duré une trentaine d'heures, avant que le couple ne soit relâché et assigné à résidence. Le parquet antiterroriste de Paris a, de son côté, ouvert une enquête le 17 décembre.

Un faux ventre pouvant échapper aux détections ?

Selon une source proche du dossier, les enquêteurs ont découvert, la semaine dernière, lors d'une perquisition à leur domicile, un faux ventre de femme enceinte, évidé artisanalement et recouvert d'une couche d'aluminium. Une technique qui pourrait servir à dissimuler des objets et à échapper à des détections par des portiques de sécurité, selon Midi Libre.

Aucun explosif n'a été retrouvé au domicile, mais l'analyse des ordinateurs utilisés par le couple a permis d'établir que des photos de jihadistes, ainsi que des pages liées aux femmes kamikazes et à la fabrication d'engins explosifs avaient été consultées.

Décrite comme "très intelligente", la jeune femme, prénommée Camille, s'était radicalisée et ne sortait de chez elle qu'avec un voile intégral, selon Midi Libre. Elle aurait envisagé de se rendre en Syrie avec son mari pour y mourir en martyr.

Vous êtes à nouveau en ligne