Sid Ahmed Ghlam a passé des appels téléphoniques depuis sa cellule

France 2

Comment Sid Ahmed Ghlam, meurtrier présumé d'Aurélie Châtelain et soupçonné d'avoir voulu commettre un attentat dans une église de Villejuif (Val-de-Marne), a-t-il pu utiliser un téléphone à l'intérieur de la prison de Fresnes ?

Pendant six mois, Sid Ahmed Ghlam aurait passé des centaines de coups de fil depuis sa cellule. L'homme de 25 ans est incarcéré depuis un an à Fresnes (Val-de-Marne). Il est suspecté d'avoir planifié un attentat contre une église de Villejuif (Val-de-Marne) en avril 2015 et d'avoir assassiné Aurélie Châtelain, une mère de famille de 32 ans. L'homme a pu se procurer un téléphone portable en prison.

Deux puces téléphoniques retrouvées dans sa cellule

Il a régulièrement appelé des proches, pour évoquer, entre autres, sa stratégie de défense. Les services de renseignement ont intercepté les conversations, car ses proches étaient justement placés sur écoute. Lors d'une fouille dans sa cellule, le 20 novembre 2015, les gardiens de prison découvrent une puce téléphonique, contenant des dizaines de contacts, la plupart étant des jihadistes partis en Syrie. Quelques jours plus tard, une seconde carte est retrouvée à l'occasion d'une nouvelle fouille. Par mesure de sanction, Sid Ahmed Ghlam a été transféré dans la prison de Beauvais (Oise), plus sécurisée. Aucun lien ne serait pour l'instant établi entre les conversations et les attentats du 13 novembre

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne