Ce que l'on sait des deux suspects interpellés alors qu'ils projetaient de commettre des attentats en France

Des policiers en octobre 2016.
Des policiers en octobre 2016. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

Ces deux personnes, un homme de 21 ans et une femme de 19 ans, ont été interpellées à la mi-décembre. Elles étaient en lien avec des membres du groupe Etat islamique. 

Deux personnes, une femme de 19 ans et un homme de 21 ans, ont été arrêtées à la mi-décembre alors qu'elles prévoyaient de commettre des attentats en France, a appris franceinfo de source judiciaire, jeudi 28 décembre, confirmant une information du Figaro

Ces deux suspects, sans lien avéré à ce stade, ont été mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle. Le jeune homme et la jeune femme étaient en contact avec le groupe Etat islamique et étaient tous les deux actifs sur les réseaux sociaux. Franceinfo revient sur ce que l'on sait, à ce stade, de ces deux personnes interpellées.

L'homme souhaitait attaquer les forces de l'ordre

Selon les informations du Parisien, l'homme de 21 ans a été arrêté dans l'agglomération lyonnaise, vendredi 22 décembre. Il a depuis été placé en détention provisoire. Ce jeune homme avait évoqué sur les réseaux sociaux sa volonté de commettre un attentat. Il souhaitait attaquer des forces de l'ordre à coups de couteau, poursuit le journal. 

Le suspect avait auparavant été assigné à résidence pendant un an, jusqu'au mois d'août dernier, rapporte RMC. Selon la radio, l'homme souffre de troubles psychatriques. Il aurait ainsi été arrêté dans une maison de soins à Lyon (Rhône), où il est entré il y a un mois. 

La jeune femme visait des lieux publics en province

La deuxième personne, une jeune femme de 19 ans vivant dans l'Essonne, a été interpellée en région parisienne lundi 18 décembre, rapporte Le Parisien. Elle aussi a été placée en détention provisoire. Le journal évoque "une étudiante festive, non radicalisée en apparence". Selon les informations de franceinfo, elle prévoyait de commettre un attentat en province, du fait d'une moindre présence des forces de l'ordre en dehors de la région parisienne. 

Lors de sa garde à vue, la jeune femme a défendu les attentats de 2015, précise Le Figaro. Le journal ajoute qu'elle cherchait à se procurer des armes à feu depuis le mois d'octobre. Selon Le Parisien, elle effectuait en parallèle plusieurs repérages en province, visant des lieux publics tels que des cafés. 

Vous êtes à nouveau en ligne