AZF : 14 ans après, la fin du mystère ?

France 3

Rebondissement dans l'enquête sur le mystérieux groupe AZF : les menaces de sabotage du réseau SNCF entre 2003 et 2004 avaient été prises très au sérieux par les autorités. 14 ans plus tard, trois personnes ont été interpellées. Clément Weill-Raynal nous en dit plus.

S'agit-il d'un ultime rebondissement dans l'affaire AZF ? Les menaces de sabotage du réseau SNCF proférées entre 2003 et 2004 avaient été prises très au sérieux par les autorités. Clément Weill-Raynal nous en dit plus : "Il semble que ce soit un renseignement parvenu très récemment aux enquêteurs qui a permis de relancer cette affaire vieille de 14 ans, et d'interpeller trois personnes qui seraient donc liées au groupe AZF. Il s'agit d'une femme et de deux hommes, aujourd'hui âgés de 50 et 70 ans. Ils étaient donc à l'époque des faits des quadragénaires, c'est-à-dire qu'ils étaient installés dans la vie. Ils se seraient connus parce qu'ils travaillaient dans la même entreprise, c'est tout ce que l'on sait d'eux".

Des petites annonces codées

Ces interpellations sont peut-être l'épilogue de cette mystérieuse affaire du groupe AZF qui, pour mémoire, avait menacé en 2003 de faire exploser des bombes le long des voies ferrées si une rançon de plusieurs millions d'euros n'était pas versée. "L'affaire avait été prise très au sérieux par les autorités, qui communiquaient avec ce mystérieux groupe clandestin par le biais de petites annonces codées parues dans le journal Libération, rappelle le journaliste. Et puis un jour, tout s'était arrêté : le groupe AZF n'avait plus fait parler de lui".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne