Syrie : le casse-tête des prisonniers jihadistes étrangers

FRANCE 2

La France tente de trouver une porte de sortie dans le dossier des prisonniers jihadistes jusque-là détenus dans des prisons gardées par les Kurdes dans le nord-est de la Syrie.

La diplomatie française a tenté d'intervenir auprès des autorités irakiennes afin de régler le problème des jihadistes étrangers emprisonnés dans les camps kurdes de Syrie. En pleine offensive turque, la sécurité des prisons de jihadistes n'est plus assurée. Une télévision kurde est allée filmer l'un de ces centres de détention, avec un message clair de la part des autorités kurdes : elles ne peuvent plus s'occuper de ces jihadistes qui s'entassent dans les cellules.

"Les prisonniers vont en profiter pour s'échapper"

"Ici, on a environ 5 000 détenus. Avant, on avait beaucoup de gardes pour assurer la sécurité, mais depuis le début de l'offensive turque on a dû renforcer nos effectifs sur le front. Si on n'a plus assez de gardiens, les prisonniers vont en profiter pour s'échapper", explique l'un des responsables du centre. Devant cette prison, une voiture piégée avait explosé une semaine auparavant. Une action non revendiquée, qui pourrait être signée Daech.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne