Syrie : après leur accord avec Bachar al-Assad, les Kurdes ne se font pas d'illusion

Sur le terrain, la communauté internationale redoute une catastrophe humanitaire. Face à l'offensive turque, les Kurdes ont pour leur part préféré faire appel à Bachar al-Assad.

Les Kurdes ont fait appel dimanche 13 octobre au soir au régime de Bachar al-Assad. Pourquoi se sont-ils tournés vers Damas ? Sur place, Stéphanie Perez constate que "les Kurdes n'ont pas vraiment eu le choix. Seuls depuis le retrait de l'armée américaine, ils ne pouvaient résister à l'offensive turque".

La fin d'un projet politique

"C'était soit continuer de subir des bombardements, qui ont déjà jeté sur les routes près de 130 000 personnes et déjà fait des dizaines de victimes, soit se résoudre à ce compromis avec le régime de Damas en échange de l'intervention", poursuit la journaliste de France 3. "Alors, justement, l'armée syrienne doit théoriquement se concentrer pour l'instant sur la protection de la frontière avec la Turquie. Les Kurdes pour le moment garderaient le contrôle de ce territoire dans le nord-est syrien, qu'ils administrent de facto depuis 2012. Mais la plupart des Kurdes avec qui nous avons discuté ne se font pas d'illusion. Ils savent qu'à long terme, c'est la fin de ce projet politique d'un territoire autonome indépendant dans le nord-est syrien", conclut la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne