Le conflit syrien au festival Visa pour l’image 2012

La Syrie a cette année été l’un des sujets forts de la 24e édition du festival de photojournalisme, Visa pour l’image de Perpignan.

Cette année, le festival a attribué deux Visas d’or à des reportages sur la Syrie : le Visa d’or de la presse quotidienne au photographe Tomas Munita du New York Times et le Visa d’or humanitaire de la Croix-Rouge à Mani. Ce dernier a travaillé auprès des opposants à Bachar al-Assad sur les hôpitaux parallèles des rebelles.

Si depuis mars 2011, les civils ont payé le plus lourd tribut à ce conflit, près de 35 professionnels de l’information, reporters et photographes, y ont également perdu la vie.

Le 11 janvier 2011, le grand reporter de France Télévisons, Gilles Jacquier, était le premier journaliste français à être tué en Syrie.

Quelques semaines plus tard, le 22 février à Homs, deux autres journalistes occidentaux trouvaient la mort, l’américaine Marie Colvin et le photo-reporter français, Rémy Ochlik. A 28 ans, il avait déjà réalisé de nombreux reportages sur les révolutions arabes. Le Prix de la Ville de Perpignan décerné à un jeune journaliste portera dorénavant son nom.

19
Tomas Munita / The New York Times
29
Mani / Le Monde
39
Mani pour Le Monde
49
Caroline Poiron / Fedephoto pour Paris Match
59
Robert King / Polaris
69
John Cantlie / Fastfeatures.com
79
Giulio Piscitelli
89
Laurent Van der Stockt pour Le Monde
99
Goran Tomasevic / Reuters
Vous êtes à nouveau en ligne