Suspension des exécutions pendant six mois en Oklahoma

(Reuters)

La cour pénale d'appel de l'Oklahoma aux Etats-Unis a ordonné jeudi la suspension des exécutions pour six mois. Une décision qui intervient deux semaines après le calvaire d'un condamné à mort qui était décédé après une agonie de plus de 40 minutes. Le président Barack Obama avait qualifié cette exécution de "profondément dérangeante".

Cette exécution avait provoqué un grand émoi, Barack Obama
la qualifiant même de "profondément dérangeant e". Le 29 avril, Clayton
Lockett était exécuté dans d'apparentes souffrances
dans l'Oklahoma. Il avait
succombé après une agonie de plus de 40 minutes.

Juste après lui, un autre condamné à mort,
Charles Warner, devait être exécuté. Finalement, la Cour d'appel pénal de l'Oklahoma
a repoussé cette exécution au 13 novembre, le temps de permettre une enquête.
Le directeur des prisons avait réclamé un arrête indéfini nécessaire.
"Injustifié" a expliqué la Cour.

Le processus a pris trop de temps

"Personne ne veut une autre exécution prolongée et ratée ", ont
réagi les avocats de Charles Warner, exigeant que "l'extrême secret entourant l'injection létale qui a conduit à l'agonie
de M. Lockett soit remplacée par la transparence pour s'assurer que les
exécutions soient conduites légalement et humainement
".

De son côté, la gouverneure
de l'Oklahoma a défendu une exécution légale en admettant  toutefois que "le processus de mort par
injection létale avait pris trop de temps
".