Sommet du G7 : "Emmanuel Macron veut en faire une grande vitrine des politiques qu'il mène"

Emmanuel Macron lors de sa visite à Biarritz, le 17 mai 2019.
Emmanuel Macron lors de sa visite à Biarritz, le 17 mai 2019. (IROZ GAIZKA / AFP)

Le porte-parole de la plateforme Alternative G7 qualifie de "cynique" le thème du sommet, qui porte sur la lutte contre les inégalités. 

"On pense qu'Emmanuel Macron veut faire de ce G7 une grande vitrine des politiques qu'il mène", a expliqué mardi 20 août sur franceinfo Sébastien Bailleul, porte-parole de la plateforme Alternative G7. Le sommet se tient du 24 au 26 août à Biarritz, alors qu'un contre-sommet est organisé à Hendaye et à Irun.

franceinfo : Qu'est-ce que ce contre-sommet ?

Sébastien Bailleul : Ce sera un temps de rencontre entre des mouvements sociaux basques, français, internationaux. Des conférences seront organisées sur les grands enjeux qui nous concernent tous. L'idée est de se réunir dans un cadre où chacun pourra valoriser les alternatives qui existent déjà sur le territoire.

Le G7 va notamment aborder la réduction des inégalités. Est-ce que cette thématique vous intéresse ?

C'est une thématique qui nous concerne. On pense qu'Emmanuel Macron veut faire de ce G7 une grande vitrine des politiques qu'il mène et du coup, il va jusqu'à mettre comme objectif de ce sommet la lutte contre les inégalités. C'est une forme de cynisme à toute épreuve quand on voit la politique qui est menée par lui et les six chefs d'État invités. Ils imposent un système qui détruit les droits sociaux. Donc pour nous, c'est important de combattre ce système qui crée des inégalités et renforcer les alternatives pour plus de solidarité entre les peuples.

Est-ce que des partis politiques sont invités à ce contre-sommet ?

Il y a quelques partis politiques qui répondent présents mais pas seulement. Europe Écologie-Les Verts, des représentants de La France insoumise, de partis politiques basques, il y aura aussi des syndicats, des associations. Il y a une vraie diversité d'acteurs qui seront présents à Hendaye et c'est à l'image de nos mouvements, cette diversité qui fait la richesse.

Que pensez-vous des moyens mis en place pour la sécurité du G7 ?

Cela ne nous inspire pas que du bon. On voit que l'on est rentré dans une phase où on fait monter le climat de peur autour de l'évènement. C'est une stratégie organisée. Quand on arrive sur place, c'est très impressionnant de voir les forces de police, les militaires, les hélicoptères qui tournent. De notre côté, on a mis en place un consensus d'action. L'idée, c'est d'annoncer qu'on est sur ce contre-sommet sur des mobilisations qui se veulent pacifistes et on refuse de participer à une escalade de la violence.

Vous êtes à nouveau en ligne