G7 : la mécanique d'un sommet

FRANCE 2

La logistique déployée lors de l'organisation d'un G7 est considérable. 13 000 repas composés de produits locaux seront servis, 3 000 chambres à sécuriser, sans compter les 2 000 journalistes du monde entier venus couvrir l’événement.

Au pied de la grande plage de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) totalement déserte se trouve l'hôtel Bellevue, l'endroit où se retrouveront les chefs d'État. Des hélicoptères et des drones surveillent le bâtiment. À l'intérieur de l'hôtel, inspection des cuisines par l'intendant de l'Élysée et un chef étoilé. Pour les repas des chefs d'État, chacun a ses exigences : l'un est végétarien, l'autre ne mange que de la viande rouge. Il faut aussi accepter la présence des goûteurs.

Derniers réglages avant le début du sommet

C'est l'heure des derniers réglages pour la table ronde des dirigeants. Chaque chef de l'État ne sera accompagné que par un seul collaborateur pour que la discussion soit la plus franche possible. Mais le lieu le plus important, c'est le salon, plus informel. Autre point stratégique : le podium des chefs de l'État pour la photo de famille. Chacun sera placé selon son rang protocolaire. Le G7 a été créé en 1975 pour faire face au choc pétrolier. Valéry Giscard-d'Estaing réunit alors à Rambouillet (Yvelines) les six puissances les plus riches de la planète. Un an plus tard, le Canada fait son entrée dans la ronde.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne