Sommet du G7 : les discussions avec le ministre iranien des Affaires étrangères sont "positives", affirme l'Elysée

Le président Emmanuel Macron lors du sommet du G7 à Biarritz, le 25 août 2019.
Le président Emmanuel Macron lors du sommet du G7 à Biarritz, le 25 août 2019. (IAN LANGSDON / AFP)

La rencontre a duré environ trois heures, d'abord avec le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, puis avec le président Emmanuel Macron pendant une demi-heure, à la mairie de Biarritz.

Les discussions sur le nucléaire iranien entre le chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif et les dirigeants français en marge du sommet du G7 de Biarritz ont "été positives" et "vont se poursuivre", a indiqué dimanche 25 août soir la présidence française. Cette visite surprise s'était faite "en accord" avec les Etats-Unis, farouchement opposés au gouvernement de Téhéran. "Tout s'est joué en quelques heures. Dès que cela a été possible, nous avons informé les pays européens et les Américains. Ils ont été associés", a ajouté la présidence.

Renforcement de la coalition au Sahel. Angela Merkel et Emmanuel Macron ont appelé à "élargir" à d'autres pays et à "renforcer" financièrement la coalition internationale aidant les pays du Sahel à lutter contre les groupes jihadistes.

Premier tête-à-tête entre Trump et Johnson. La journée a débuté par une image très attendue, celle de la première rencontre entre le président américain Donald Trump et le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson, qui a pris les rênes du Royaume-Uni en pleine crise du Brexit. "C'est l'homme qu'il faut pour le job", a jugé l'Américain. Le Britannique a lui affirmé que les deux pays concluront un "fantastique accord commercial une fois les obstacles écartés".

Le cas de la Russie vivement débattu. Le président américain a indiqué que la question de la Russie avait fait l'objet d'une "vive discussion" entre dirigeants du G7 samedi soir, mais qu'il ne savait pas si le pays serait finalement réintégré au G7 en 2020. La Russie a été exclue en mars 2014 du G8 - devenu depuis G7 - après l’annexion non reconnue par la communauté internationale de la péninsule ukrainienne de Crimée.

Une "marche des portraits" pour les anti-G7. A quelques dizaines de kilomètres, les opposants au G7 n'entendent pas désarmer. Dimanche matin, les anti-G7 ont organisé à Bayonne "une marche des portraits" où ont été rassemblés tous ceux d'Emmanuel Macron qui ont été décrochés dans les mairies. Sept autres "rassemblement pacifistes" sont prévus dans des villes voisines de Biarritz pour "encercler" symboliquement le G7.

23h04 : Ce direct est terminé pour ce soir. En attendant sa reprise, à six heures, n'hésitez pas à consulter nos articles. Voici ce qu'il fallait retenir de l'actualité :

Les discussions sur le nucléaire iranien entre le chef de la diplomatie et les dirigeants français en marge du sommet du G7 ont "été positives" et "vont se poursuivre", promet ce soir l'Elysée après l'invitation surprise de Mohammad Javad Zarif à Biarritzà Biarritz.

Sous la pression internationale, le Brésil est entré en action en Amazonie, deux avions C-130 Hercules commençant à larguer des dizaines de milliers de litres d'eau au-dessus de la forêt tropicale où le nombre d'incendies progressait encore.

• Un policier de Hong Kong a tiré au moins une fois avec son arme à feu et la police a utilisé des canons à eau contre des manifestants radicaux, une première dans l'ex-colonie britannique secouée par des manifestations pro-démocratie.


Le Paris SG a repris le chemin de la victoire à domicile face à Toulouse (4-0). La soirée parisienne a cependant été ternie par les sorties sur blessure d'Edinson Cavani, Abdou Diallo et surtout Kylian Mbappé.

22h36 : Les forces de l'ordre ont procédé à 19 interpellations sur l'ensemble de la journée, sur l'ensemble du dispositif sécurité G7. Les garde à vue ont été prononcées pour, notamment, "outrage", "transport et port d'arme par destination", "violence envers une personne dépositaire de l'autorité publique".

22h36 : 17 personnes ont été placées en garde à vue en marge des manifestations anti-G7 qui se sont déroulées dimanche à Biarritz, Bayonne et Hendaye, a appris franceinfo auprès de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

22h18 : La question du nucléaire iranien occupe une bonne partie des discussions lors du G7 de Biarritz. Mais comment en est-on arrivé à une crise de cette ampleur ? France 2 revient sur l'histoire de ce dossier sensible.

21h17 : Dites cheese ! Avant le dîner, les dirigeants du monde participants au G7 de Biarritz ainsi que leurs conjoints ont posé devant le phare de la ville pour la traditionnelle photo de famille.



(NICHOLAS KAMM / AFP)

20h37 : Emmanuel Macron se trouve désormais à l'hôtel du Palais de Biarritz, où il accueille les différents chefs d'Etats présents lors du sommet du G7 et leurs conjoints pour un dîner.

20h14 : La rencontre a duré environ trois heures, d'abord avec le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, puis avec le président Emmanuel Macron pendant une demi-heure, à la mairie de Biarritz. Des conseillers diplomatiques allemands et britanniques y ont été associés, précise la présidence, ajoutant que cette venue de Mohammad Javad Zarif s'était faite "en accord" avec les Etats-Unis, farouchement opposés au gouvernement de Téhéran.

20h13 : Les discussions sur le nucléaire iranien entre le chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif et les dirigeants français en marge du sommet du G7 de Biarritz (sud-ouest de la France) ont "été positives" et "vont se poursuivre", indique l'Elysée.

20h07 : Voici le point sur l'actualité en début de soirée :

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a fait une apparition surprise à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), au deuxième jour d'un sommet du G7 en partie consacré aux tensions au Moyen-Orient, un sujet de dissension persistante entre Américains et Européens.

La police de Hong Kong a eu recours aux gaz lacrymogènes et au canon à eau pour repousser les manifestants qui ont défilé sous une pluie battante pour réclamer le maintien de la démocratie dans le territoire semi-autonome chinois.

Les dirigeants du G7, réunis en sommet à Biarritz, travaillent à la création d'un "mécanisme de mobilisation internationale" afin de protéger l'Amazonie, actuellement en proie à de violents incendies, a déclaré Emmanuel Macron.

• L'islamologue suisse Tariq Ramadan, déjà mis en examen pour deux viols, est visé par une nouvelle plainte en France, pour un viol en réunion en 2014, ce qui pourrait entraîner d'autres poursuites et menacer sa liberté retrouvée après plusieurs mois de prison.

20h00 : Le ministre des Affaires étrangères iranien a quitté Biarritz, indique un journaliste de la BBC sur place, vidéo à l'appui.

19h54 : Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohamad Javad Zarif indique ce soir avoir rencontré le président français Emmanuel Macron en marge du sommet du G7 de Biarritz, où son arrivée dans l'après-midi pour parler du dossier nucléaire a été un coup de théâtre. "Le chemin est difficile, mais ça vaut la peine d'essayer", a indiqué le responsable sur son compte Twitter.

19h49 : Donald Trump continue de faire des siennes. Entre deux réunions à Biarritz, le président américain a publié un message pour attaquer la presse sur Twitter : "La question qui m'a été le plus souvent posée aujourd'hui par mes collègues dirigeants du monde, et qui trouvent que les Etats-Unis sont plus forts que jamais, est la suivante : 'Monsieur le Président, pourquoi les médias américains détestent-ils tant votre pays ? Pourquoi souhaitent-ils son échec ?'"

19h10 : J'avais malencontreusement indiqué que sept dirigeants étaient présents autour de la table lors du cliché partagé par la présidence française du G7. Toutes mes excuses aux nombreux lecteurs qui se sont empressés de me signaler que huit personnes se trouvaient sur la photo. Outre l’Allemande Angela Merkel, l’Italien Giuseppe Conte, l’Américain Donald Trump, le Britannique Boris Johnson, le Japonais Shinzo Abe, le Canadien Justin Trudeau, le Français Emmanuel Macron se trouve en effet le Président du Conseil européen Donald Tusk.

19h08 : G7 ?? Ils sont 8 à table

19h08 : Ils sont huit !

19h04 : Un cliché publié ce matin sur le compte de la présidence française du G7 suscite de nombreuses réactions sur Twitter. La vue aérienne des dirigeants réunis à Biarritz a été détournée par des internautes facétieux, avec un humour plus ou moins fin, note le HuffPost.

18h32 : De son côté, Angela Merkel a pris ses distances avec Paris, à l'origine de cette initiative. Pour la chancelière allemande, les discussions entre Jean-Yves Le Drian et Mohammad Javad Zarif sont un "événement parallèle" au sommet, et pas une initiative du G7.

18h30 : L'arrivée de ministre iranien des Affaires étrangères à Biarritz continue de faire des remous. Contrairement à ce qu'indiquait un diplomate français au Figaro, un responsable de la Maison Blanche affirme ce soir à l'agence Reuters que Donald Trump n'avait pas été prévenu de l'arrivée du responsable iranien en France.

18h10 : Voici le point sur l'actualité en fin d'après-midi :

Surprise au sommet du G7 : le chef de la diplomatie iranienne est arrivé à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), où le président français Emmanuel Macron et ses pairs européens tentaient de convaincre Donald Trump de faire un geste pour sauver l'accord sur le nucléaire iranien.

• Les pays du G7 sont d'accord pour "aider le plus vite possible les pays frappés" par les feux qui se sont multipliés ces derniers jours dans la forêt amazonienne, a déclaré Emmanuel Macron à la presse.

• Un policier de Hong Kong a tiré au moins une fois avec son arme à feu et la police a utilisé des canons à eau contre des manifestants radicaux, une première dans l'ex-colonie britannique secouée par des manifestations prodémocratie.

• L'islamologue suisse Tariq Ramadan, déjà mis en examen pour deux viols, est visé par une nouvelle plainte en France, pour un viol en réunion en 2014, ce qui pourrait entraîner d'autres poursuites et menacer sa liberté retrouvée après plusieurs mois de prison.

17h58 : Alors que le sommet du G7 bat son plein à Biarritz, Donald Trump a pris quelques minutes pour souhaiter un bon anniversaire sur Twitter à Sean Connery, qui fête son 89e anniversaire, et au présentateur télé Regis Philbin, connu pour présenter depuis 20 ans la version américaine de "Qui veut gagner des millions ?". Pourquoi pas.

18h01 : Emmanuel Macron a informé Donald Trump de l'invitation du ministre des Affaires étrangères iranien au sommet du G7 hier, lors de leur déjeuner en tête-à-tête, indique une source diplomatique au Figaro. Le quotidien ajoute que le chef de l'Etat a ensuite prévenu les autres membres du G7 lors du dîner organisé au phare de Biarritz.

16h40 : Retour à Biarritz, où Donald Trump a annoncé la conclusion d'un accord commercial "de principe" entre les Etats-Unis et le Japon. Cet accord couvre les secteurs de l'agriculture et du commerce en ligne, a commenté devant la presse le président américain à l'issue de sa rencontre avec le Premier ministre japonais, Shinzo Abe.

16h24 : Il est l'heure de faire un point sur l'actualité de ce dimanche :

Coup de tonnerre à Biarritz, où le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, est arrivé, alors que l'Iran ne faisait pas partie des pays invités. Il s'entretient avec Jean-Yves Le Drian, mais ne devrait pas rencontrer d'Américains. Le dossier iranien était un des sujets de discussion au dîner des chefs d'Etat hier.



L'affrontement entre policiers et manifestants a franchi un cap : pour la première fois, des policiers ont brandi des pistolets face aux manifestants, et l'un d'eux a ouvert le feu, sans que l'on sache s'il a fait des blessés.

Tariq Ramadan est visé par une quatrième plainte pour viol, en réunion cette fois, a confirmé son avocat. Selon le JDD, Europe 1 et l'AFP, elle a été déposée en mai pour des faits datant de 2014.

16h18 : L'Elysée indique que Mohammad Javad Zarif discute actuellement avec son homologue français, Jean-Yves Le Drian. En revanche, "aucune rencontre [de Javad Zarif] n'est prévue à ce stade avec les Américains", affirme la présidence, ce qu'a également indiqué la télévision d'Etat iranienne. Interrogé sur la venue du ministre iranien, Donald Trump a répondu d'un simple : "aucun commentaire".

16h18 : Le porte-parole de la diplomatie iranienne a confirmé sur Twitter la présence de Mohammad Javad Zarif, "pour continuer les discussions à propos des récentes mesures entre les présidents de l'Iran et de la France". Cette visite iranienne se fait à la surprise générale. Mohammad Javad Zarif avait déjà rencontré Emmanuel Macron à Paris vendredi.

16h08 : Le ministre des Affaires étrangères iranien Javad Zarif, qui n'était pas initialement invité, est arrivé à Biarritz pour participer au sommet du G7.

15h41 : L'Iran ne fait pourtant pas partie des pays invités à ce sommet du G7. La présence du chef de la diplomatie iranienne serait donc une énorme surprise. Mais rien ne permet pour l'instant d'affirmer qui se trouve dans cet avion.

15h42 : La situation est floue pour nous aussi, @anonyme. L'AFP explique que le site de suivi du trafic aérien Flightradar montre, effectivement, qu'un avion iranien a atterri à l'aéroport de Biarritz, réservé aux vols officiels ce week-end. Plus troublant encore, cet avion était, ces derniers jours et toujours selon le site, dans toutes les capitales européennes visitées par le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif.

15h41 : Bonjour ! Un avion officiel iranien aurait atterri à Biarritz ? Merci pour votre éclaircissement.

15h18 : Emmanuel Macron a accueilli à Biarritz les cinq chefs d'Etat africains invités à ce sommet du G7 : Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud), Abdel Fattah Al-Sissi (Egypte), Macky Sall (Sénégal), Paul Kagame (Rwanda) et Roch Marc Christian Kaboré (Burkina Faso). Ils participeront à des discussions sur les liens économiques entre l'Afrique et les membres du G7.

14h51 : Tout à l'heure, les journalistes ont pu croire à un revirement de Donald Trump. Interrogé au G7 sur une éventuelle "envie de se raviser sur l'escalade de la guerre commerciale" qui l'oppose à la Chine, il avait répondu par l'affirmative. Mais la Maison Blanche explique finalement qu'il s'agit d'une incompréhension : "Le président Trump a répondu par l'affirmative car il regrette de ne pas avoir encore plus relevé les droits de douane".

13h16 : Les chefs d'Etat ont également abordé hier soir la question des feux de forêt en Amazonie. Les pays du G7 travaillent sur "un mécanisme de mobilisation internationale pour pouvoir aider de manière plus efficace ces pays, mais avec eux", a expliqué Emmanuel Macron, sans davantage de détails concrets.

13h14 : Voici en vidéo les propos d'Emmanuel Macron sur l'Iran et les discussions du G7 à ce sujet.

13h14 : Dans ses déclarations sur l'Iran, Emmanuel Macron ménage les Américains, qui ont quitté l'accord sur le nucléaire iranien. "Je pense que nous sommes tous utiles dans cet échange", juge-t-il. "S'il n'y avait pas eu une politique de sanctions et une pression, il y aurait peut-être moins de volonté de bouger sur d'autres sujets de la part des Iraniens".

13h14 : "Le G7 est un club informel, il n'y a pas de mandat qui est donné. Ce que nous avons conclu hier est que nous allons continuer à agir chacun de notre côté. Evidemment que quand je parle, je parle au nom de la France, mais je parle à la lumière de la discussion d'hier."

Le président de la République va dans le sens de ce que disait tout à l'heure Donald Trump : il n'a pas reçu un mandat pour parler au nom des autres pays du G7 dans le dossier iranien, contrairement à ce qu'affirmait une source diplomatique à l'AFP et Reuters ce matin.

13h14 : "On a eu hier une discussion, qui a dégagé deux lignes de force commune. Premièrement, aucun membre du G7 veut que l'Iran puisse jamais avoir l'arme nucléaire. Deuxièmement, tous les membres du G7 sont attachés à la stabilité de la région."

Emmanuel Macron clarifie la teneur des discussions sur l'Iran hier.

13h14 : Selon Emmanuel Macron, les dirigeants ont discuté hier soir, au diner, de l'Iran, de la Russie et la question ukrainienne, ainsi que de l'Amazonie. Ce matin, la réunion de travail concernait le commerce international.

13h14 : Emmanuel Macron s'exprime sur les premières discussions au G7. Regardez ses déclarations en direct.

12h23 : Donald Trump a ajouté à la confusion, quelques minutes plus tard, en affirmant que les convives du dîner n'avaient "pas discuté" d'un éventuel mandat donné à Emmanuel Macron pour discuter avec l'Iran. D'autres déclarations viendront peut-être éclaircir la situation dans la journée.

12h24 : Ce matin, devant les caméras de LCI, Emmanuel Macron a eu un récit un peu différent : "On s'est mis d'accord sur ce qu'on va dire sur l'Iran, en commun", a-t-il expliqué, mais sans se présenter comme celui qui était chargé de délivrer le message.

12h21 : Le dossier Iranien est aussi au centre des discussions ce matin. Des sources diplomatiques ont affirmé à l'AFP qu'hier, lors de leur dîner, les dirigeants avaient convenu de "charger le président français Emmanuel Macron de discuter avec l'Iran, sur la base de leurs échanges, et de lui adresser un message" commun.

12h15 : Depuis Biarritz, Donald Trump réagit au nouveau test de missiles balistiques par la Corée du Nord hier. Le président américain n'est "pas content" de ce test, mais estime qu'il ne "viole aucun accord". Donald Trump affirme qu'il rencontrera "probablement" à nouveau Kim Jong-un.

12h06 : Il est l'heure d'un nouveau point sur l'actualité :


• Les dirigeants se sont mis au travail à Biarritz, avec des discussions sur le commerce international et sur l'Iran. Ce matin, une marche d'écologistes opposants au sommet a réuni quelques centaines de personnes à Bayonne, mais un autre rassemblement a été annulé.

• Après un pic à un peu plus de 600 km de bouchons hier, ce dimanche devrait être moins chargé sur les routes de France, mais Bison futé le classe tout de même en orange dans le sens des retours. A Paris, la circulation différenciée est en place (sauf pour les vacanciers) en raison de la pollution.

Tension au roche-Orient, après la chute de deux drones israéliens sur une banlieue de Beyrouth, tôt ce matin, alors que l'armée israélienne avait mené des frappes contre des cibles iraniennes en Syrie dans la nuit.

Vous êtes à nouveau en ligne