Somalie. Le Drian redoute "une mise en scène macabre" des deux corps

Des combattants islamistes shebab, le 13 février 2012, à Elasha Biyaha (Somalie).
Des combattants islamistes shebab, le 13 février 2012, à Elasha Biyaha (Somalie). (MOHAMED ABDIWAHAB / AFP)

L'otage Denis Allex et le soldat présenté par les rebelles comme blessé et capturé lors du raid de samedi seraient morts. 

"Tout nous laisse à penser que l'otage a été assassiné et que l'autre soldat disparu a été tué", a expliqué lundi 14 janvier Jean-Yves Le Drian, évoquant l'opération manquée pour tenter de libérer l'otage Denis Allex en Somalie. Selon le ministre de la Défense, "tout nous laisse à penser malheureusement aussi que les shebab [les insurgés islamistes somaliens] se préparent à organiser une mise en scène macabre et indigne" avec les deux corps en leur possession.

Francetv info avec AFP

Depuis samedi, l'exécutif français présentait Denis Allex, otage français enlevé le 14 juillet 2009, comme très vraisemblablement mort assassiné par ses geôliers lors de cette opération des commandos français de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) menée pour le libérer. Les shebab affirment eux que Denis Allex, sans doute un pseudonyme, est toujours vivant et entre leurs mains, mais n'en ont pas apporté la preuve.

Les rebelles annoncent la mort du deuxième soldat

Lors de cette opération, un soldat français a été tué et un autre est "porté disparu", avait dit samedi Jean-Yves Le Drian. Lundi, un porte-parole militaire des shebab a affirmé que ce dernier militaire, qu'ils présentaient comme blessé et capturé lors du raid, était mort des suites de ses blessures. 

"Notre équipe médicale a tenté de l'aider, mais il n'a pas eu de chance. Sa blessure était grave", a-t-il ajouté, précisant que "le Haut-Commandement des shebab décidera lors d'une prochaine étape" de restituer ou non le corps de ce soldat.

Vous êtes à nouveau en ligne