Affaire Snowden : le Prix Pulitzer décerné au "Guardian" et au "Washington Post"

Les journalistes du \"Guardian\" Glenn Grennwald, Laura Poitras, center, and Ewen MacAskill, le 11 avril 2014 à New York (Etats-Unis).
Les journalistes du "Guardian" Glenn Grennwald, Laura Poitras, center, and Ewen MacAskill, le 11 avril 2014 à New York (Etats-Unis). (BEBETO MATTHEWS / AP / SIPA)

Les deux journaux, qui ont publié les révélations d'Edward Snowden sur les pratiques de la NSA, ont reçu la plus grande récompense du journalisme américain.

C'est le prix ultime pour un journaliste américain. Le Prix Pulitzer (lien en anglais) a été décerné, lundi 14 avril, au journal britannique The Guardian, et au quotidien américain The Washington Post, pour leur enquête sur les révélations d'Edward Snowden, l'ex-informaticien américain aujourd'hui exilé en Russie, sur l'espionnage massif pratiqué par la NSA. Ce prix est l'un des plus prestigieux en matière de journalisme et les journaux l'ont obtenu dans la catégorie "service public".

La récompense couronnant les deux journaux a été annoncée depuis New York, dix mois après la publication des premières révélations qui ont provoqué une onde de choc diplomatique. Au Guardian, ce sont les journalistes Glenn Greenwald et Ewen MacAskill, épaulés par la réalisatrice Laura Poitras, qui ont mené cette fastidieuse enquête. Au Washington Post, Barton Gellman a été en charge de ce dossier hautement sensible.

Mais le jury Pulitzer, dont la décision était très attendue, a choisi de récompenser les journaux, plutôt que les journalistes auteurs des articles, "pour un exemple distingué de service public méritoire, par un journal ou un site d'information". Le Boston Globe s'est également vu décerner un prix pour sa couverture du double attentat de Boston il y a un an et de la traque de ses auteurs. Reuters a également été distingué dans la catégorie "reportage international", pour ses reportages sur les persécutions contre la minorité Rohingya en Birmanie.

Vous êtes à nouveau en ligne