Sanctionnée par l'ONU, la Corée du Nord menace d'une attaque nucléaire

(KCNA Reuters)

Le Conseil de Sécurité de l'ONU a adopté jeudi une nouvelle résolution mettant en place des sanctions renforcées contre la Corée du Nord, après l'essai nucléaire du 12 février dernier. Le régime de Pyongyang réplique : il menace les Etats-Unis d'une attaque nucléaire "préventive". En outre le pays annonce la rupture des accords de non-agression avec la Corée du Sud.

La tension monte d'un cran
entre la Corée du Nord et les Etats-Unis : jeudi, l'agence de presse
officielle du régime de Kim Jong-Un a dévoilé un communiqué dans lequel est
évoquée la possibilité d'une attaque nucléaire à l'encontre des Etats-Unis :

"Etant-donné
que les Etats-Unis sont sur le point de déclencher une guerre nucléaire, nous
exerçons notre droit à une attaque nucléaire préventive contre le quartier
général de l'agresseur, afin de protéger nos intérêts suprêmes
".

Si les experts doutent que
la Corée du Nord ait les moyens de tirer des missiles ayant une portée
suffisante pour toucher le sol américain, le ministère sud-coréen de la Défense
a toutefois déclaré jeudi que Pyonyang opérait des manœuvres militaires
inhabituelles : "Nous observons les activités du Nord et renforçons
notre vigilance sachant que ces manoeuvres peuvent à tout moment déboucher sur
une provocation
", a déclaré le porte-parole du ministère Kim Min-Seok.

Blocage des
importations de produits de luxe

Cette annonce fait suite à
l'adoption par le Conseil de Sécurité de l'ONU d'une nouvelle résolution
mettant en place des sanctions renforcées contre la Corée du Nord. Après un
nouvel essai nucléaire le 12 février dernier (le troisième depuis 2006), l'ONU
a décidé d'étrangler davantage les voies de financement du régime nord-coréen.

Autre mesure au fort
impact symbolique : un renforcement de l'interdiction d'importer les biens de
luxe appréciés par l'élite du pays. La nature de ces biens de luxe est
désormais expressément donnée par le texte : il s'agit des yachts, des voitures
de luxes et de certains types de bijoux. La Chine, d'habitude principale alliée du régime
nord-coréen, s'est cette fois-ci prononcée en faveur de "l'application totale "
de cette résolution.

La Corée du Sud prête à
intervenir

Les accrocs se multiplient
ces dernières semaines entre la Corée du Nord d'un côté, et les Etats-Unis,
ainsi que leurs alliés sud-coréens, de l'autre. Pyongyang dénonce les manœuvres
communes des deux pays, estimant que Washington se sert de la Corée du Sud pour
préparer une attaque nucléaire contre les Nord-Coréens.

La Corée du Nord "abroge tous les accords de non-agression entre le Nord et le Sud" (le Comité pour la réunification pacifique de la Corée)

Dans la nuit de jeudi à vendredi, la Corée du Nord a annoncé qu'elle allait rompre les accords de non-agression avec la Corée du Sud. Le gouvernement a coupé le téléphone rouge mis en place entre les deux pays. A
Séoul, le gouvernement sud-coréen a prévenu qu'il riposterait en
cas d'attaque, et viserait directement les dirigeants nord-coréens. 

Vous êtes à nouveau en ligne