Voïna, portraits d’artistes russes en révolutionnaires

Contestataire, irrévérencieux, provoquant, terroriste, révolutionnaire, comique, choquant, radical, subversif, outrageant, autant de termes qui reviennent le plus souvent dans la bouche des admirateurs ou des détracteurs du collectif d'artistes activistes russes, Voïna.

Voïna qui signifie « Guerre » est fondé en 2007 par Oleg Vorotnikov et Natalia Sokol, étudiants en philosophie de l'Université d'État de Moscou.

Le groupe se revendique autant de l'art révolutionnaire russe des années 1920 que de l'actionnisme viennois, des décembristes russes ou encore des anarchistes européens d’aujourd’hui.

Ils pratiquent un art de rue conceptuel, militant et protestataire en lutte perpétuelle pour la liberté et contre toute forme de censure. « Nous avons déclaré la guerre à tout ce monde de l'art glamouro-fasciste qui produit des objets d'art morts…Nous nous battons pour mettre fin à la censure, à l’obscurantisme politique et social, et contre la droite réactionnaire russe » déclare, Alexeï Ploutser-Sarno, idéologue du groupe et webmaster de leur blog.

Leur but est de fédérer autour d’eux une jeunesse révoltée et insoumise au pouvoir politique russe. Dénonçant la politique fascisante de Poutine et Medvedev, leur souhait le plus cher, empêcher le retour à la présidence de Poutine.

Si ces artistes dérangent et que leurs actions sont souvent sujet à polémique, ils n’en restent pas moins indispensables. Leurs performances spectaculaires, non violentes - jamais personne n’a été blessé physiquement - sont toutes filmées, photographiées et immédiatement mises en ligne. Leurs armes restent avant tout l’humour, les cameras et la toile qui les a rendu célèbres.

Leur dernière action remonte au jour de l’an 2012. Le groupuscule a mis le feu à un camion de police en l'honneur des "prisonniers politiques".

Oleg Vorotnikov et sa femme Natalia Sokol vivent actuellement dans la clandestinité, visés par un mandat d’arrêt international. Un mouvement de solidarité nommé « Voïna wanted » et relayé sur le site « Free Voïna », s’est organisé pour défendre les artistes persécutés dans le monde entier.

110
REUTERS/Thomas Peter
210
REUTERS/Thomas Peter
310
REUTERS/Thomas Peter
410
REUTERS/Thomas Peter
510
REUTERS/Thomas Peter
610
Voïna (photo extraite d’une vidéo)
710
REUTERS/Thomas Peter
810
Voïna
910
Voïna (photo extraite d’une vidéo)
1010
Voïna (photo extraite d’une vidéo)
Vous êtes à nouveau en ligne