VIDEO. Vladimir Poutine reçu par Emmanuel Macron : "C'est le roi Soleil qui reçoit l'empereur de toutes les Russies" selon Yannick Jadot

RADIO FRANCE / FRANCE INTER

Yannick Jadot, eurodéputé écologiste, a regretté, dimanche dans "Questions politiques" sur France Inter, franceinfo et "Le Monde", la réception du président russe Vladimir Poutine par Emmanuel Macron, lundi à Versailles (Yvelines).

La réception du président russe, Vladimir Poutine, à Versailles (Yvelines), lundi 29 mai, par Emmanuel Macron n'est pas du goût de Yannick Jadot. L'eurodéputé écologiste, invité de Questions politiques sur France Inter, franceinfo et Le Monde, dénonce une "erreur", dimanche 28 mai. Le président français, quant à lui, promet un dialogue "exigeant" et "sans aucune concession" sur le dossier ukrainien, rapporte l'AFP.

"Quand Vladimir Poutine devait venir, on a quand même réalisé qu'il était un dictateur, qu'il a massacré Alep", affirme Yannick Jadot. L'eurodéputé écologiste énumère ensuite les différents points gênants : "Il continue à, sinon participer, en tous cas soutenir les massacres de Bachar Al-Assad en Syrie. Il continue de faire la guerre en Ukraine. Il continue de réprimer les homosexuels en Tchétchénie. Comme Trump, vous devez voir Vladimir Poutine dans un cadre européen", assure l'élu européen Europe écologie-Les Verts (EELV).

Ce que je trouve particulièrement inquiétant, c'est la rencontre avec Vladimir Poutine

Yannick Jadot
eurodéputé écologiste

à franceinfo

Le soutien de Benoît Hamon lors de la présidentielle livre ensuite une analyse sur Emmanuel Macron qui "fait deux erreurs", selon lui : "C'est le roi Soleil qui reçoit l'empereur de toutes les Russies, parce qu'ils vont à une expo sur Pierre le Grand. Sur quels fondements les Russes réclament la Crimée et l'Ukraine ? Depuis Pierre le Grand qui avait annexé ces territoires. Il était devenu l'empereur de toutes les Russies par expansionnisme. Vous imaginez le cadeau de propagande que vous faites à Vladimir Poutine ?", décrypte Yannick Jadot.

L'élu EELV donne ensuite son avis sur l'organisation de la rencontre : "Ce qu'Emmanuel Macron aurait dû voir Vladimir Poutine dans un cadre beaucoup plus neutre, avec Angela Merkel pour pouvoir continuer sur les accords de Minsk sur l'Ukraine. La seule chose que connaît Vladimir Poutine, c'est le rapport de force. Le seul groupe politique qui peut imposer du rapport de force à la Russie, c'est l'Union européenne."