Une région de Sibérie placée en quarantaine par crainte d'une épidémie d'anthrax

Une photo aérienne de la région de Yamalo-Nenets, en Sibérie, le 25 septembre 2015.
Une photo aérienne de la région de Yamalo-Nenets, en Sibérie, le 25 septembre 2015. (EVGENY BIYATOV / RIA NOVOSTI)

Un garçon de 12 ans est mort à cause de cette maladie. Des dizaines de personnes ont été hospitalisées par crainte de contagion.

En Sibérie, un garçon de 12 ans est mort de l'anthrax (ou maladie du charbon), ont annoncé les autorités russes, lundi 1er août. Des dizaines de personnes, dont 41 enfants, ont été hospitalisées par crainte de contagion.

Située à 2 000 km au nord-est de Moscou, la région de Yamalo-Nenets a été placée en quarantaine depuis une semaine les autorités après l'infection à l'anthrax des troupeaux d'au moins neuf éleveurs nomades de rennes. Au total, plus de 2 300 bêtes ayant pu avoir été contaminées ont été abattues.

Une maladie qui touche autant l'homme que l'animal

Cette région sibérienne avait été considérée dès 1968 comme exempte de cette bactérie, qui touche aussi bien l'animal que l'homme, et aucun cas n'y avait été recensé depuis 1941. Mais un été anormalement chaud, avec des températures dépassant les 35 °C dans la région, a fait fondre le permafrost, les sols gelés du Grand Nord, et a exhumé un cadavre de renne infecté.