Une association présidée par Jean-Marie Le Pen a reçu 2 millions d'euros d'une société détenue par un ancien du KGB

Jean-Marie Le Pen s\'exprime lors du congrès du Front national à Lyon (Rhône), le 29 novembre 2014.
Jean-Marie Le Pen s'exprime lors du congrès du Front national à Lyon (Rhône), le 29 novembre 2014. (JEFF PACHOUD / AFP)

Ce prêt, révélé par Mediapart, apporte une nouvelle illustration des liens entre le FN et la Russie : le parti a emprunté neuf millions d'euros à une banque russe. 

Le président d'honneur du Front national confirme un "prêt", "déclaré à l'administration française". Une association de financement présidée par Jean-Marie Le Pen a reçu en avril 2 millions d'euros d'une société chypriote détenue par un Russe, ancien membre du KGB, révèle Mediapart (réservé aux abonnés), samedi 29 novembre.

> Comment le Front national tente de séduire la Russie

Le 18 avril dernier, l'association Cotelec a reçu 2 millions d'euros d'une société chypriote, Vernonsia Holdings Ltd, via un compte ouvert à la banque Julius Baer, en Suisse. Cette société chypriote est détenue, selon Mediapart, par Yuri Kudimov, ancien du KGB reconverti dans la banque d'État VEB Capital.

La Cotelec est censée "promouvoir l'image et l'action" du co-fondateur du FN. Selon Mediapart, elle a également servi à plusieurs reprises à renflouer les caisses du parti.

Neuf millions d'euros empruntés par le FN

Ce prêt apporte une nouvelle illustration des liens entre le FN et la Russie. Le site d'information avait déjà révélé récemment que le parti avait contracté fin septembre un prêt de 9 millions d'euros auprès de la banque russe First Cezch Russian Bank (FCRB). Le Front national avait justifié cet emprunt en mettant en avant le refus des banques françaises, rejetant tout lien avec ses positions pro-Russie dans le débat politique.