Selon Juncker, la Russie est "un problème stratégique" pour l'Union européenne

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker participe à une conférence de presse à Bruxelles (Belgique), le 4 décembre 2014.
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker participe à une conférence de presse à Bruxelles (Belgique), le 4 décembre 2014. (DURSUN AYDEMIR / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le président de la Commission européenne a assuré qu'il ferait "tout" pour que Moscou redevienne un "partenaire stratégique" de Bruxelles.

Jean-Claude Juncker a jugé que la Russie représentait "un problème stratégique" pour l'Union européenne, jeudi 4 décembre. "J'espère que demain elle sera à nouveau un partenaire stratégique, tout ce que la Commission pourra faire à ce sujet sera fait", a ajouté le président de la Commission européenne, lors d'une conférence de presse à Bruxelles (Belgique). Et l'ancien Premier ministre luxembourgeois de conclure : "Mais pour danser le tango, il faut être deux."

Cette déclaration de Jean-Claude Juncker intervient alors que la Russie a annoncé l'abandon du gazoduc South Stream. Le projet visait à l'origine à acheminer du gaz russe vers l'Union européenne, via la Bulgarie. Les Etats-membres doivent discuter de l'impact de cette décision lors d'une réunion le 9 mars prochain, en marge d'un conseil des ministres européens de l'Energie, à Bruxelles.

L'Europe entretient des relations tendues avec Moscou depuis le début du conflit en Ukraine qui oppose l'armée aux séparatistes prorusses, dans l'est du pays. La France a notamment reporté une nouvelle fois la livraison du premier navire Mistral à la Russie, le 25 novembre dernier. Moscou a menacé de présenter de "sérieuses réclamations" financières en cas de non respect du contrat par Paris.

Vous êtes à nouveau en ligne