Russie : l'explosion de début août était bien due à un test de nouvelles armes, confirme Poutine

Vladimir Poutine lors d\'une conférence de presse à Helsinki (Finlande), le 21 août 2019.
Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse à Helsinki (Finlande), le 21 août 2019. (ALEXEI DRUZHININ / SPUTNIK / AFP)

L'accident avait provoqué la mort de cinq personnes le 8 août dernier.

Des tests de "systèmes d'armes prometteurs" sont à l'origine de l'explosion qui a fait cinq morts début août. Le président russe, Vladimir Poutine, a déclaré mercredi 21 août que l'accident meurtrier du 8 août, survenu sur un site militaire russe, avait eu lieu lors d'essais de nouveaux systèmes d'armement. "C'est du travail dans le domaine militaire, du travail sur des systèmes d'armes prometteurs. Nous ne le cachons pas, a déclaré le chef de l'Etat russe. Nous devons penser à notre propre sécurité."

Vladimir Poutine confirme ainsi une déclaration de l'agence nucléaire russe, qui avait annoncé dix jours plus tôt que les cinq spécialistes tués dans l'explosion travaillaient sur de "nouveaux armements". L'agence avait alors précisé que les tests seraient poursuivis "jusqu'au bout"

Soupçons sur les nouvelles armes "invincibles"Le président russe a déclaré que Moscou, du fait de la nature militaire de l'explosion, ne pouvait pas tout révéler sur l'accident. "Quand il s'agit d'activités à caractère militaire, il existe certaines restrictions à l'accès à l'information", a-t-il estimé lors d'une conférence de presse. 

Il n'a par ailleurs pas révélé quel système d'armement était testé au moment de l'explosion du 8 août. D'après plusieurs experts américains, les tests concerneraient le nouveau missile de croisière Bourevestnik, l'une des nouvelles armes "invincibles" que vantait Vladimir Poutine en début d'année. 

L'explosion, qui s'est produite à Severodvinsk, une ville du nord de la Russie sur un site d'essais militaires, avait également fait six blessés. Les possibles radiations ont également inquiété autorités et habitants alentours. 

Vous êtes à nouveau en ligne