Russie: hôtesses de l’air en surpoids interdites de long-courriers sur Aeroflot

Hôtesses de l\'air d\'Aeroflot, au stand de la compagnie russe, lors du Salon de l\'aviation de 2017 à Moscou.
Hôtesses de l'air d'Aeroflot, au stand de la compagnie russe, lors du Salon de l'aviation de 2017 à Moscou. (Maksim Blinov / Sputnik)

Pas évident d'être hôtesse sur Aeroflot: en cas de surpoids, fini les vols long-courriers. Pour la compagnie aérienne russe, il faut du glamour pour attirer le client. Discriminatoire? La justice lui a donné raison et a débouté deux plaignantes. Pourtant, Aeroflot pourrait bien faire les frais de sa politique: une étude montre que le prix du billet motive plus les voyageurs que le service à bord.


Un tribunal moscovite a tranché: la compagnie aérienne a le droit de sortir des vols internationaux les hôtesses «qui seraient trop grosses, trop vieilles et trop laides», précise le site Quartz.

En février 2017, plusieurs hôtesses de l'air d’Aeroflot avaient porté plainte contre ces mesures qu’elles estimaient discriminatoires. L'une des plaignantes a affirmé qu’en 2016 tous les personnels de bord avaient été photographiés, mesurés et même pesés, dans certains cas. Et précisé que les femmes qui ne satisfaisaient pas aux critères de la compagnie aérienne ont été retirées des vols long-courriers pour être affectées sur des lignes intérieures. Quelque 600 agents de cabine auraient ainsi été prévenus qu’ils étaient en surpoids.

Panneau publicitaire de la compagnie aérienne russe Aeroflot à l\'aéroport de Tegel à Berlin, en Allemagne, le 18 novembre 2014. 
Panneau publicitaire de la compagnie aérienne russe Aeroflot à l'aéroport de Tegel à Berlin, en Allemagne, le 18 novembre 2014.  (PEER GRIMM / DPA)

«Aeroflot est une compagnie aérienne premium et une partie de la raison pour laquelle les gens payent des billets est l'apparence de ses employés», a justifié Pavel Danilin, un membre du conseil d’Aeroflot, repris par le Guardian, dans son édition du 25 avril. Selon lui, «il est raisonnable pour les personnelles navigantes d'être confrontées à des pénalités financières si elles sont considérées comme étant en surpoids», dès lors qu’elles dépassent une taille 42 européenne.

Autre raison invoquée par Aeroflot: «Les agents de bord plus gros ne peuvent pas exercer leurs fonctions en cas d'urgence ou fournir "un service en douceur" au passager», rapporte la BBC.

Les représentants d'Aeroflot persistent et signent
Après les deux procès que la compagnie aérienne a gagnés, deux représentants du conseil public de la compagnie russe (25 personnes), censés «expliquer les positions d'Aeroflot à un large public», ont tenté de justifier que les allégations des plaignantes étaient sans fondement.


L’une d’entre elle, Evgeniya V.Magurina, a indiqué qu’en la faisant travailler sur des vols intérieurs, elle avait perdu une partie de son revenu. Réponse d’un autre représentant de la compagnie: les pénalités ne devraient pas être considérées comme une perte de salaire mais comme une incitation à perdre du poids. 

Le site avionslégendaires s’interroge sur cette politique: «Mais que veulent vraiment les dirigeants d’Aeroflot? Des personnelles navigantes commerciales (PNC) de 25 ans, enfilant du 36 ou du 38, et au physique de mannequin? Si c’est là la définition d’une hôtesse de l’air pour les patrons de l’aéronautique civile russe, c’est qu’ils ont définitivement oublié les deux rôles fondamentaux d’une PNC: assurer le service commercial à bord mais aussi les questions de sécurité et de secours.»

Le prix du billet plus attractif que le service de l'hôtesse
Une étude de l’Association du transport aérien international relayée par Quartz pourrait bien changer cette politique discriminatoire à terme. Elle montre en effet que l’hôtesse de l’air, ambassadrice d’une marque, vêtue de tailleurs fashion, ne fait plus forcément recette aujourd’hui.

Critères de choix pour les voyageurs
Critères de choix pour les voyageurs (ATLAS/Data/IATA)

En effet, la plupart des voyageurs achètent leurs billets en fonction du… prix ! Et non du service à bord. «Un sondage mené en 2015 par la compagnie Airline Passenger Experience a révélé que seulement 10% des personnes interrogées ont déclaré que le service d'agent de bord était la partie la plus importante de leur expérience, contre 70% qui ont déclaré que le confort et l'ambiance étaient les plus importants», conclut Quartz.

Alors qu’Aeroflot cherche l’attractivité, la compagnie aérienne pourrait bien perdre des clients! Car qui dit vol cinq étoiles dit aussi tarif cinq étoiles…
Vous êtes à nouveau en ligne