Législatives : à Moscou, la sécurité redevient une préoccupation prioritaire des Français de l’étranger

Le Kremlin, à Moscou.
Le Kremlin, à Moscou. (MAXPPP)

À Moscou, après l’attaque de samedi soir à Londres, la sécurité est repassée au premier plan des préoccupations des Français de l’étranger qui votent dimanche pour les législatives.

Les Français de l'étranger votent dimanche 4 juin pour les législatives, une semaine avant ceux de métropole dimanche prochain. Après l'attaque d'hier soir à Londres où sept personnes ont trouvé la mort, la sécurité est repassée au premier plan des préoccupations, de ces Français qui ont élu domicile en Russie. 

En creux, les conditions de vie au retour 

Qu’ils restent loin de la France pour quelques années encore ou qu’ils rentrent bientôt au pays, les Français de Moscou qui ont voté aujourd’hui dans leur ambassade ont dans un coin de la tête leurs conditions de vie au retour. Carl habite en Russie depuis quinze ans. Il travaille dans la logistique. Sa sécurité en France et en Russie a fait partie de ses motivations en tant qu’électeur. "Le minimum, explique-t-il, que doit faire le gouvernement est de sécuriser ses citoyens. Je me sens plus en sécurité en Russie qu’en France."

 "Quand je reviens en France, j’évite parfois de prendre le RER tard le soir, poursuit-il. En Russie, quand on prend les transports en commun, le risque existe également mais les forces de l’ordre sont davantage dans le paysage. Cela limite les risques…" 

Pour avoir envie de revenir 

La Russie a été aussi touchée par les attentats, mais à 3 500 kilomètres de Paris, on voit les choses différemment, explique Gwendoline, qui a accompagné son mari cadre à Moscou dans la distribution. "Si on ne profite pas directement des effets du vote, cela nous permet par contre d’avoir envie de revenir dans un pays qui avance, qui n’a pas peur, qui a confiance…Je pense que c’est ce qui manquait un peu à la France ces derniers temps et j’ai le sentiment que les choses changent."

Après trois années passées à Moscou, elle s’y sent maintenant davantage en sécurité qu’à Paris. Elle sait aussi qu’à tout moment, le terrorisme pourra à nouveau frapper.

Vous êtes à nouveau en ligne