La pilote ukrainienne Nadia Savtchenko bientôt libérée des geôles russes

Manifestation le 22 mars 2016 devant l\'ambassade de Russie à Kiev pour demander la libération de Nadia Savtchenko.
Manifestation le 22 mars 2016 devant l'ambassade de Russie à Kiev pour demander la libération de Nadia Savtchenko. (Genya Savilov/AFP)

Bonne nouvelle, les chefs d’Etat russe et ukrainien se parlent. Autre bonne nouvelle, la séparation des pouvoirs n’est que très théorique dans les deux pays. Aussi, la justice russe est-elle prête à libérer la pilote ukrainienne en échange de deux militaires russes détenus par Kiev. Deux hommes condamnés à 14 ans de prison.


A la demande de sa famille, Nadia Savtchenko a cessé sa grève de la faim et de la soif entamée peu après sa condamnation par la justice russe à 22 ans de prison, le 22 mars dernier.
Un geste d’apaisement de la part de la pilote, pour ne pas compromettre les négociations entre son pays et la Russie en vue de sa libération.
 
Vladimir Poutine et Petro Porochenko se sont parlé au téléphone pour évoquer un échange de prisonniers. En effet, deux soldats russes ont été condamnés le 18 avril 2016 à 14 ans de prison. Ils étaient accusés d’avoir combattu au côté des séparatistes du Donbass.
 
Pour Kiev, les deux hommes appartiennent au GRU, le service de renseignement de l’armée russe. Ce que conteste Moscou pour qui le capitaine Evgueni Erofeïev et le sergent Alexandre Alexandrov ont quitté l’armée en 2014.

Marchandage 
Erreur judiciaire contre erreur judiciaire, voilà donc qui tombe bien ! Le président ukrainien ne s’en est pas caché, affirmant que la condamnation des deux Russes «ouvre certaines perspectives pour recourir à un mécanisme d’échange». Etonnamment, la famille de Nadia Savtchenko était présente dans la salle d’audience au moment de l’énoncé du jugement. Preuve que l’idée de monnaie d’échange était bien ancrée dans les esprits. Evoquée par le pouvoir et les médias ukrainiens depuis des mois. Il ne manquait qu’une condamnation pour permettre cet échange, la voilà !
 
Un des avocats de Nadia Savtchenko, Ilia Novikov, se montre optimiste :«Nous nous dirigeons vers un échange», sans donner de date. Le Kremlin est plus prudent, admettant juste que le «destin» des prisonniers avait été abordé par les deux présidents lors de leur entretien.
 
Emprisonnée depuis l’été 2014, la pilote ukrainienne, devenue héros national, ne devrait pas tarder à rentrer au pays. La fin justifie les moyens, dit-on. Mais dans cette affaire, les justices des deux pays ne sortent pas grandies quant à leur indépendance.
Vous êtes à nouveau en ligne