LA PHOTO. Dans l'espace, une coalition américano-anglo-russe qui marche !

Alors que le 7e épisode de «Star Wars» sort sur les écrans, les trois spationautes ont eux aussi connu le frisson d\'un vol orbital de plus de 6h jusqu\'à l\'amarrage de leur vaisseau à l\'ISS, sans risque apparent de «réveiller la Force». A l\'intérieur de la station, les trois habitants actuels, l\'Américain Scott Kelly et les vétérans russes Mikhaïl Kornienko et Sergueï Volkov recevront leurs invités jusqu\'au 5 juin 2016, avant leur retour sur Terre. La mythique chanson de Queen, «Don\'t Stop Me Now», a été diffusée via les haut-parleurs de la fusée Soyouz avant le lancement, très suivi en Grande-Bretagne, alors que le pays compte tripler ses dépenses dans le domaine spatial d\'ici à 2030. Seize pays participent à l\'ISS, avant-poste et laboratoire mis en orbite en 1998 pour un coût total de 100 milliards de dollars, financés pour la plus grande partie par la Russie et les Etats-Unis. 
Alors que le 7e épisode de «Star Wars» sort sur les écrans, les trois spationautes ont eux aussi connu le frisson d'un vol orbital de plus de 6h jusqu'à l'amarrage de leur vaisseau à l'ISS, sans risque apparent de «réveiller la Force». A l'intérieur de la station, les trois habitants actuels, l'Américain Scott Kelly et les vétérans russes Mikhaïl Kornienko et Sergueï Volkov recevront leurs invités jusqu'au 5 juin 2016, avant leur retour sur Terre. La mythique chanson de Queen, «Don't Stop Me Now», a été diffusée via les haut-parleurs de la fusée Soyouz avant le lancement, très suivi en Grande-Bretagne, alors que le pays compte tripler ses dépenses dans le domaine spatial d'ici à 2030. Seize pays participent à l'ISS, avant-poste et laboratoire mis en orbite en 1998 pour un coût total de 100 milliards de dollars, financés pour la plus grande partie par la Russie et les Etats-Unis. (Kirill KUDRYAVTSEV / AFP)

Le 15 décembre 2015, une fusée Soyouz transportant trois hommes vers la Station spatiale internationale (ISS) décolle avec succès du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan. A bord, le Britannique Tim Peake, premier astronaute «officiel» de Sa Majesté, le cosmonaute Youri Malenchenko, ancien officier de l'armée de l'air russe, et l'astronaute de la Nasa Tim Kopra, rompu aux vols spatiaux.

A Baïkonour, les photographes aux premières loges du décollage de Soyouz. Alors que le 7e épisode de «Star Wars» sort sur les écrans, les trois spationautes ont eux aussi connu le frisson d'un vol orbital de plus de 6h jusqu'à l'amarrage de leur vaisseau à l'ISS, sans risque apparent de «réveiller la Force». A l'intérieur de la station, les trois habitants actuels, l'Américain Scott Kelly et les vétérans russes Mikhaïl Kornienko et Sergueï Volkov recevront leurs invités jusqu'au 5 juin 2016, avant leur retour sur Terre. La mythique chanson de Queen, «Don't Stop Me Now», a été diffusée via les haut-parleurs de la fusée Soyouz avant le lancement, très suivi en Grande-Bretagne, alors que le pays compte tripler ses dépenses dans le domaine spatial d'ici à 2030. Seize pays participent à l'ISS, avant-poste et laboratoire mis en orbite en 1998 pour un coût total de 100 milliards de dollars, financés pour la plus grande partie par la Russie et les Etats-Unis. 



Vous êtes à nouveau en ligne