Élection russe : quand la jeunesse demande des comptes

Le 18 mars prochain, les Russes sont appelés aux urnes. Si Vladimir Poutine n'a pas annoncé officiellement qu'il briguait un quatrième mandat, il n'y a guerre de doute. Une équipe de France 3 s'est intéressée à la jeunesse russe qui n'a connu que Poutine au pouvoir.

Le 7 octobre dernier, Vladimir Poutine fêtait ses 65 ans. À Moscou, ils étaient des centaines à réclamer le départ du président russe au pouvoir depuis bientôt 18 ans. Les jeunes ont pour la plupart connu que lui à la tête du pays. "Je suis contre ce qu'il se passe en ce moment en Russie. Cette soi-disant liberté d'expression qui n'en est pas une parce qu'on nous interdit de dire ce que l'on pense", dénonce à France 3, Artiom, 19 ans, étudiant en médecine.

"C'est dur de vivre dans de telles conditions"

On disait d'eux qu'ils ne s'intéressaient pas à la politique, on découvre que c'est tout le contraire. "Chaque année c'est de plus en plus pénible de vivre en Russie. Chaque année nos relations sont de pire en pire avec les autres pays. La vie ici est de plus en plus chère. Tout se détériore et les gens sont de plus en plus agressifs parce que c'est dur de vivre dans de telles conditions", déplore Veronika Bykadarova, 20 ans, militante d'opposition.
Vladimir Poutine n'a pas encore annoncé sa candidature à un quatrième mandat, mais tout laisse à penser qu'il ne tardera pas à le faire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne