Russie : premières indications en demi-teinte pour Poutine

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Un premier sondage sortie des urnes cité à la télévision officielle russe donne le parti de Vladimir Poutine, Russie unie, en tête, mais sans la majorité absolue à la Douma, la chambre basse du Parlement. Les protestations contre le déroulement des élections législatives se sont amplifiées malgré une présence policière plus que dissuasive à Moscou.

 

 

Les élections législatives qui se déroulent ce dimanche en Russie sont un véritable scrutin-test pour Vladimir Poutine, qui briguera le 4 mars un nouveau mandat présidentiel.

Et les premières indications soufflent le chaud et le froid en même temps pour Russie unie, son parti. Selon un sondage sortie des urnes cité par la télévision officielle, il serait en tête de l'élection. En revanche, il perdrait la majorité absolue à la chambre basse du Parlement, la Douma, avec un score de 48,5% des voix. Une configuration qu'avait prévue nombre d'observateurs. Le Parti communiste (opposition) resterait la deuxième formation avec 19,8%.

En marge des élections, les sites de médias indépendants et l'ONG Golos, recensant les fraudes électorales, ont été piratés, selon eux pour empêcher la diffusion d'informations sur les infractions perpétrées par le pouvoir.

Dmitri Merechko, porte-parle de Golos, l'ONG visée par les pirates, a expliqué que l'attaque dont son organisation a été victime, avait été "massive " avec "50.000 demandes par seconde ". "C'est une organisation importante avec beaucoup de moyens qui a dû faire ça ", a renchérit Lilia Chibanova, la dirigeante de Golos.

  "Russie Unie va de toute façon falsifier les résultats et moi j'ai besoin d'argent avant Noël"

 

Russie Unie userait aussi de méthodes plus directes, en demandant à des électeurs de voter plusieurs fois, contre de l'argent.
A Saint-Pétersbourg, Alexeï, 23 ans, a reconnu avoir voté dix fois contre une prime de 2000 roubles (près de 50 euros) grâce à un système permettant à un électeur de voter en dehors de son bureau de vote avec un certificat reçu à l'avance.

"On m'a donné 30 certificats à mon nom. J'ai eu le temps de faire dix bureaux, Russie Unie va de toute façon falsifier les résultats et moi j'ai besoin d'argent avant Noël. "

Malgré la mise en garde de la police, des manifestants se sont massés près du Kremlin en dénonçant une "farce électorale ". La police a procédé à douze interpellations. Place Trumphalnaïa, lieu traditionnel du rassemblement de l’opposition radicale à Moscou, une centaine de personnes scandait "Honte! " et "Rendez-nous  les élections ".

L’écrivain controversé Edouard Limonov, qui a annoncé son intention d’être candidat à la présidentielle de 2012, a été également interpellé alors qu'il s’approchait du lieu de rassemblement.

"Il n'y aura bien sûr aucune révolution, les gens ne vont pas ériger des barricades. Mais tout cela va engendrer une montée du mépris des gens à l'égard des autorités, à la perte de légitimité du pouvoir " a déclaré le politologue Dmitri Orechkine.


Hervé Toutain, envoyé spécial en Russie parle de manifestations réprimées
--'--
--'--
Vous êtes à nouveau en ligne