Royaume-Uni : une mère obligée de jeter son lait maternel à l'aéroport de Londres

Une infirmière tient une bouteille de lait maternel au Centre médical pour femmes et enfants de Guangzhou (Chine), le 8 mai 2013.
Une infirmière tient une bouteille de lait maternel au Centre médical pour femmes et enfants de Guangzhou (Chine), le 8 mai 2013. (SIU CHIU / REUTERS)

L'Américaine transportait 15 litres de lait maternel dans son bagage à main.

Le service de sécurité de l'aéroport d'Hearthrow, près de Londres (Royaume-Uni), a provoqué la fureur d'une mère américaine. Jessica Coakley Martinez a été forcée de jeter 15 litres de lait maternel, dont une large partie était congelée, alors qu'elle prenait l'avion à Londres, rapporte le Washington Post (en anglais) samedi 23 avril.

La jeune femme explique sur Facebook (en anglais) qu'elle a continué à pomper son lait durant un voyage professionnel pour le rapporter à son fils, qu'elle tient à nourrir uniquement avec du lait maternel. Mais la réglementation britannique interdit le transport de plus de 100 ml de liquide à bord des avions, pour des raisons de sécurité.

"Vous m'avez humiliée"

Jessica Coakley Martinez reconnaît avoir une "part de responsabilité" dans la situation, puisqu'elle n'avait pas vérifié si les limites pour le transport de lait maternel en cabine étaient les mêmes au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Outre-atlantique, les mères peuvent transporter plus de 100 ml de lait maternel dans leur bagage à main, même si elles ne voyagent pas avec leur enfant.

L'Américaine estime toutefois que les services de sécurité d'Heathrow n'ont pas cherché à la comprendre. "J'étais prête à jeter le lait liquide, mais vous avez aussi confisqué le lait congelé parce qu'il pouvait 'fondre et redevenir liquide", s'agace Jessica Coakley Martinez sur Facebook. Selon la jeune femme, les autorités aéroportuaires ont refusé de la laisser retourner à l'enregistrement pour qu'elle mette le lait congelé dans ses bagages en soute. 

"Vous n'avez pas voulu me le rendre parce qu'il était désormais considéré comme un 'objet non conforme', poursuit-elle. En plus d'avoir littéralement ôté la nourriture de la bouche de mon enfant, vous m'avez humiliée." Et de conclure : "j'espère que la prochaine fois que vous rencontrerez une mère qui essaie juste de s'en sortir (...), vous ferez appel à votre conscience".

Vous êtes à nouveau en ligne