Royaume-Uni : ce que l'on sait de l'attaque terroriste qui a fait trois morts à Reading

Des policiers montent la garde le 21 juin 2020 près du parc Forbury Gardens, à Reading (Royaume-Uni), au lendemain d\'une attaque au couteau qui a fait trois morts.
Des policiers montent la garde le 21 juin 2020 près du parc Forbury Gardens, à Reading (Royaume-Uni), au lendemain d'une attaque au couteau qui a fait trois morts. (BEN STANSALL / AFP)

L'attaque au couteau survenue samedi soir dans un parc d'une ville à l'ouest de Londres est désormais considérée "comme étant de nature terroriste", selon un communiqué de la police locale, dimanche.

La police britannique a indiqué, dimanche 21 juin, qu'elle traitait désormais comme un acte "terroriste" l'attaque au couteau survenue samedi soir à Reading. "C'était une atrocité", a dénoncé Neil Basu, chef de la police antiterroriste, lors d'une conférence de presse. Un suspect, un homme de 25 ans, a été interpellé et placé en garde à vue. Voici ce que l'on sait de cette attaque, qui a coûté la vie à trois personnes.

L'attaque a eu lieu dans un parc en début de soirée

L'attaque est survenue peu après 19 heures, heure locale, à Forbury Gardens, un parc de Reading, une ville de 200 000 habitants située à environ 60 kilomètres de Londres. "Le parc était plein, beaucoup de gens étaient assis pour boire un verre avec des amis quand une personne est arrivée, a soudainement crié des mots inintelligibles et est allée vers un groupe d'une dizaine de personnes, essayant de les attaquer au couteau", a raconté Lawrence Wort, témoin de la scène, à l'agence de presse britannique PA Media.

"Il a poignardé trois d'entre elles, gravement dans le cou et sous les bras, puis il s'est retourné et a commencé à courir vers moi, on s'est retournés et on a commencé à courir, a ajouté ce coach sportif de 20 ans. Quand il a réalisé qu'il ne pourrait pas nous rattraper, il a réussi à atteindre une personne à l'arrière du cou et quand il a vu que tout le monde commençait à courir, il est parti du parc."

Elle a fait au moins six victimes

Trois personnes ont perdu la vie lors de l'attaque et au moins trois autres ont été grièvement blessées et hospitalisées, selon un bilan des forces de l'ordre. "Nous travaillons avec un médecin légiste pour identifier formellement les personnes tuées et informer leurs proches", a précisé dimanche Neil Basu, de Scotland Yard, lors d'une conférence de presse relayée par le Guardian (en anglais)

Un suspect a été placé en garde à vue

L'auteur présumé de l'attaque a été interpellé et placé en garde à vue samedi, peu après les faits. Selon la police, il s'agit d'un homme de 25 ans habitant à Reading. Plusieurs médias britanniques, dont le Guardian et la BBC (liens en anglais), affirment qu'il s'agit d'un ressortissant libyen. Cette information n'a toutefois pas été confirmée par les forces de l'ordre.

Selon le Guardian, la police a perquisitionné un appartement à Reading, samedi vers 23 heures locales. Il s'agirait du logement du suspect, croit savoir le quotidien britannique.

"Les investigations menées jusqu'ici ne révèlent aucun élément suggérant que d'autres personnes ont été impliquées dans cette attaque et nous ne recherchons aucun autre suspect en lien avec cette affaire", a par ailleurs précisé Neil Basu, dimanche.

L'attaque est désormais considérée comme "terroriste"

"La section antiterroriste de la police peut désormais confirmer que l'attaque au couteau qui a eu lieu à Reading la nuit dernière a été qualifiée d'acte terroriste", a déclaré dimanche la police, qui avait dans un premier temps écarté la piste terroriste. Scotland Yard a appelé les personnes ayant assisté au drame ou ayant des informations sur le suspect à contacter la police, promettant "d'enquêter en continu".

L'investigation devra notamment déterminer les motivations du suspect, encore inconnues dimanche midi. Néanmoins, l'attaque n'avait "aucun lien avec la manifestation [du mouvement antiraciste] Black Lives Matter qui s'est déroulée pacifiquement un peu plus tôt dans la journée", a assuré Neil Basu, de Scotland Yard. Les faits se sont produits à proximité du lieu du rassemblement antiraciste, trois heures après la fin de l'événement, selon la police.

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, s'est dit "scandalisé et écœuré que des gens aient perdu la vie de cette manière". "Si des leçons doivent être tirées", "nous les tirerons", a-t-il déclaré dimanche, affirmant que le gouvernement "n'hésiterait pas à prendre des mesures" là où ce serait nécessaire.

Assurant qu'aucune information ne laissait penser que d'autres attaques étaient prévues, Neil Basu a appelé la population à "reprendre son quotidien" en étant "vigilante mais pas inquiète". Les forces de l'ordre ont par ailleurs demandé aux internautes de ne pas partager les images de la scène qui ont circulé sur les réseaux sociaux, mais plutôt de les communiquer aux enquêteurs.

Vous êtes à nouveau en ligne