Bobby Sands, le militant de l’extrême

Mort d’une grève de la faim de 66 jours, Bobby Sands est resté une icône nord-irlandaise pour son combat sans relâche pour l’indépendance de son peuple.

Il aurait eu 64 ans aujourd’hui. Le 5 mai 1981, un mois après avoir été élu député, le militant de l'IRA Bobby Sands, alors âgé de 27 ans, décède en prison d’une grève de la faim de 66 jours. Retour sur la vie et la mort d’une icône révolutionnaire célébrée dans son pays natal, l’Irlande du Nord. 

Jeunesse tortueuse et emprisonnements

Bobby Sands voit le jour en 1954 dans une famille catholique qui vit dans un quartier protestant de Belfast. Le 30 janvier 1972, il est profondément marqué par le Bloody Sunday. Quelques jours plus tard, il rejoint les rangs de l’IRA, l’armée des nationalistes irlandais catholiques contre la présence britannique en Irlande du Nord.

À 19 ans, il est condamné à cinq ans de réclusion pour détention d’armes. En prison, il apprend le gaélique, écrit des poèmes et des textes politiques. En 1976, le pouvoir britannique supprime

le statut de prisonnier politique pour les membres de l’IRA. L’année suivante, Bobby Sands est à nouveau arrêté, soupçonné d’avoir pris part à une fusillade. Cette fois, il écope de quatorze ans de prison.

Protestations de plus en plus virulentes

Derrière les barreaux de la prison de Maze, il se bat pour le rétablissement du statut de prisonnier politique alors que Margaret Thatcher, Première ministre britannique, considère les membres de l'IRA comme des criminels. Avec 300 autres détenus, il lance le "Blanket Protest". Refusant de porter l’uniforme carcéral, il vit nu vêtu d’une simple couverture. Deux ans plus tard, en 1978, les prisonniers durcissent leur mouvement avec le "Dirty Protest". Ils refusent de se laver et étalent leurs excréments sur les murs de leurs cellules.  

Le 1 mars 1981, il entame une grève de la faim, qui sera également rapidement suivie par neuf autres prisonniers. Le 9 avril, toujours en détention, il est élu député à la Chambre des Communes. Les soutiens de Sands étaient persuadés qu’élire leur icône à la Chambre des Communes le sauverait. Mais depuis Londres, Margaret Thatcher reste inflexible. Le bras de fer est alors à son paroxysme entre l’IRA et le gouvernement britannique, qui considère la question nord-irlandaise d’un oeil intransigeant.

Bobby Sands s'éteint finalement le 5 mai 1981 à la prison de Maze, après plusieurs jours de coma. Dans les mois qui suivent, les neuf codétenus de l’Irlandais décèdent à leur tour des suites de leur grève de la faim.

Ce n’est qu’en 1997 que l’IRA accepte un premier cessez-le-feu. Et en 2005, l’Armée républicaine irlandaise dépose officiellement les armes.

Vous êtes à nouveau en ligne