Feuilleton : Oxford-Cambridge, la course à l'excellence (1/5)

France 2

Dans le feuilleton de cette semaine, France 2 vous propose de découvrir Oxford et Cambridge, les deux meilleures universités de la planète, deux temples du savoir et de l'excellence.

C'est un nom que vous ne trouverez sur aucune carte, une ville qui n'existe pas vraiment, mais dont le rayonnement est connu dans le monde entier : "Oxbridge". Un nom qui est la contraction de deux endroits bien réels, Oxford d'un côté, et Cambridge de l'autre. Deux temples du savoir, deux rivales, séculaires dans l'excellence. Pour les Anglais, il fallait donc trouver ce surnom pour baptiser en un seul mot leurs deux fiertés, les deux meilleures universités de la planète. France 2 a suivi tout au long de l'année ces étudiants parmi les plus brillants, dont bon nombre de Français. Les professeurs, tous des sommités dans leur domaine, avec, en toile de fond, l'affrontement sportif mais ultime entre ces deux géantes, la légendaire "Boat race", la course d'aviron sur la Tamise à Londres. Pénétrer dans ces lieux est un privilège et un émerveillement. Comme la première fois que Mathilde, étudiante en médecine, est entrée dans la bibliothèque d'Oxford : "Le plus vieux livre date du IIe siècle après J.-C., donc quand on imagine tous ces hommes et ces femmes qui ont utilisé ces livres, on se sent très intimidé, très petit par rapport à cette université millénaire".

"Ils veulent juste savoir comment on pense"

Sur les 23 000 étudiants d'Oxford, il y a environ 300 étudiants français, à l'instar de Dalva, étudiante en archéologie, et Sophia, en musicologie. Déjà brillantes lycéennes, elles ont dû, comme tous les candidats, passer le redoutable concours d'entrée, face aux meilleurs concurrents venus du monde entier : "Pour mon entretien, ils m'ont donné une boîte, avec plein de petits morceaux, qu'ils avaient trouvés dans des fouilles, se souvient Dalva. Il fallait que je devine ce que c'était. L'idée n'est pas de donner une bonne réponse - la plupart du temps, c'est des sujets qui ne sont pas enseignés au lycée et qu'on n'est pas censé connaître - ils veulent juste savoir comment on pense, comment on réfléchit. Et ça, ça ne se prépare pas". Pour preuve, il suffit de lire certains énoncés du concours d'entrée, en médecine par exemple : "En ayant mangé une seule barre énergétique, jusqu'à quelle altitude pourriez-vous grimper une montagne ?", ou en Sciences politiques, "Le XXe siècle a-t-il été de droite ou de gauche ?". Après un marathon de dossiers et de tests, les Françaises ont appris par simple mail qu'elles étaient reçues.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne