Russie : le principal opposant a-t-il été empoisonné ?

Ce jeudi 20 août, l'opposant russe Alexeï Navalny est dans le coma et a été hospitalisé dans un état grave. Selon sa porte-parole, il aurait été empoisonné. Une thèse vis-à-vis de laquelle il faut toutefois rester prudent. 

Inconscient, sur un brancard, Alexeï Navalny est entre la vie et la mort, en réanimation. L'homme se trouve dans une pièce sous haute surveillance de la police russe, dans un hôpital. L'activiste était à bord d'un avion et retournait à Moscou lorsqu'il s'est mis à hurler de douleur. En cause selon ses proches : une boisson chaude empoisonnée prise dans un gobelet en carton à l'aéroport, juste avant le décollage. La police russe a ouvert une enquête. Les médecins de leur côté, restent prudents.

"L'empoisonnement est une raison possible de la dégradation de son état de santé. On travaille sur toutes les pistes", explique Anatoly Kalichenko, vice-directeur de l'hôpital d'Omsk. Si la piste se confirme, Navalny ne serait pas le premier à avoir été empoisonné ces dernières années. Dans les prochaines heures, il pourrait être transféré à l'étranger. L'Allemagne et la France se disent prêtes à l'accueillir. 

Navalny a de nombreux ennemis

En direct de Moscou, le journaliste Paul Gogo fait le point sur la situation. Du côté du Kremlin, le porte-parole de Vladimir Poutine s'est exprimé cet après-midi pour souhaiter un bon rétablissement à Alexeï Navalny.

"Il lui a même proposé de faciliter son départ vers l'étranger s'il souhaitait aller s'y soigner. C'est quelque chose d'assez étrange quand on couvre l'actualité depuis Moscou, parce qu'au Kremlin, on ne prononce jamais le nom de Navalny, pas plus que dans les médias russes, qui ce soir, se font tous l'écho de cette nouvelle. Cela n'empêche pas l'opposition russe de regretter ce soir ce qui est arrivé, et surtout d'accuser le Kremlin d'avoir tenté d'assassiner leur opposant", explique Paul Gogo qui évoque également les "ennemis" d'Alexeï Navalny. 

"Il publie de très nombreuses vidéos dans lesquelles il accuse des dirigeants régionaux, des hommes d'affaire en région de corruption. Il les épingle 1 par 1, et ça aussi ça a pu déranger de nombreuses personnes dans le pays", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne