Eurozapping : l'Espagne accro aux tests de paternité, la maire de Rome face aux juges

France 3

France 3 fait le tour de l'actualité qui a marqué les chaînes de télévision européenne.

La maire de Rome entendue par la justice en Italie. Virginia Raggi va comparaitre dans une affaire de corruption, rattrapée par les agissements d'un de ses conseillers. L’homme, impliqué dans un scandale immobilier, a été démis de ses fonctions, mais l'élue est assignée devant les juges lundi. Virginia Raggi se dit "tranquille et confiante". Elle avait promis de faire de la lutte contre la corruption son cheval de bataille.

Le sexisme n'a pas disparu en Grande-Bretagne

Nicola Thorp, réceptionniste britannique, a été licenciée sans indemnité pour avoir refusé de porter des talons à son travail. L'histoire de cette femme de 27 ans a provoqué un tollé au Royaume-Uni. La loi interdit le sexisme vestimentaire, mais elle est régulièrement bafouée. Les parlementaires discuteront du problème en mars.

Les tests de paternité se multiplient en Espagne. Le moindre doute sur la fidélité de son épouse ou le premier pas pour entamer une procédure de divorce, pour 200 euros, les Espagnols n'hésitent plus à avoir recours à ces tests, fiables à plus de 99%. La loi les autorise sans restriction. Et ils servent aussi à traquer ceux qui refusent leur responsabilité. L’an dernier, 1 500 pères ont été retrouvés par des enfants qui n'avaient pas été reconnus.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne