"Dry january" : ne pas boire pendant un mois, le défi venu du Royaume-Uni

Les Anglo-Saxons ont inventé le "dry january", un mois sans alcool pour parer aux excès des fêtes.

Les Anglo-Saxons avaient inventé le "binge-drinking", ou la biture du week-end à l'anglaise. À présent, ils inventent le remède. Cela s'appelle le "dry january" ou janvier sans alcool et, selon Jean-Michel Delile, addictologue et président de la Fédération Addiction, les bienfaits seraient immenses. "C'est bon d'arrêter de boire pendant un mois parce que très rapidement on a des effets bénéfiques. Les premiers évidents sont sur le portefeuille, mais également sur la santé puisqu'on récupère un sommeil de meilleure qualité, de fait on est en meilleure forme le lendemain, plus énergique, plus dynamique. On récupère aussi assez rapidement une peau de meilleure qualité, parfois on perd un peu de poids", explique-t-il.

Attention à la reprise

Mais est-ce que ce mois de janvier sans alcool peut s'exporter en France ? Pour l'addictologue, ce "dry january" est très adapté au mode de consommation britannique. "On sait que beaucoup d'Anglo-Saxons ne consomment pas ou peu d'alcool quotidiennement, ils ne boivent pas de vin à table. Dans le contexte français, ce modèle peut s'appliquer sans doute aux jeunes, mais pour le mode traditionnel (...) un mois complet cela serait compliqué", ajoute-t-il. Il conseille de se priver d'alcool pendant deux ou trois jours par semaine par exemple.

Pour ceux qui parviennent à ne pas boire pendant un mois, le retour à une consommation équivalente à celle qu'ils avaient auparavant aura sans doute plus d'effets dommageables, car ils seront devenus moins tolérants.

Retrouvez les vidéos de Ben Barnier sur sa chaîne Youtube 

Vous êtes à nouveau en ligne