Disparition de Maddie McCann : ce que l'on sait des nouveaux éléments de l'enquête et du suspect

Le visage de la petite Madeleine McCann, appelée plus simplement \"Maddie\", apparaît à la télévision allemande, le 16 octobre 2013.
Le visage de la petite Madeleine McCann, appelée plus simplement "Maddie", apparaît à la télévision allemande, le 16 octobre 2013. (JOHANNES EISELE / AFP)

La fillette britannique de 3 ans avait disparu alors qu'elle était en vacances avec ses parents au Portugal, le 3 mai 2007. La police allemande soupçonne un Allemand de 43 ans au lourd casier judiciaire d'être à l'origine de cette disparition.

Un mystère levé ? L'enquête autour de la disparition de Madeleine McCann, dite Maddie, le 3 mai 2007 à Praia da Luz au Portugal, où elle était en vacances avec ses parents, pourrait bientôt être résolue. La police allemande affirme disposer désormais de "preuves" que la petite Britannique de trois ans est morte. L'affaire a connu une accélération soudaine depuis début juin, avec l'identification d'un nouveau suspect, un Allemand de 43 ans, qui purge actuellement une peine pour viol. Voilà ce que l'on sait de ce suspect et des nouveaux éléments de l'enquête.

Christian B. a déjà été condamné 17 fois, notamment pour agression sexuelle sur mineur

Les soupçons de la police allemande se portent sur Christian B., 43 ans. L'homme est actuellement détenu à Kiel, en Allemagne. Il a un casier judiciaire chargé. Depuis l'âge de 17 ans, Christian B. a été déjà condamné 17 fois, notamment pour agression sexuelle sur mineurs.

A l'époque des faits, il vivait à Praia da Luz, dans la région de l'Algarve, à quelques kilomètres de l'hôtel où Maddie avait disparu. Selon son avocat cité dans les médias, l'homme réfute toute implication dans la disparition de la petite Britannique.

Christian B a fait une demande de remise en liberté, qui n'aboutira probablement pas, selon le parquet. S'il purge actuellement une peine de prison pour une affaire de stupéfiants, précise Der Spiegel (en allemand), il a également été condamné, depuis, pour le viol d'une femme de 72 ans, commis dans la petite station balnéaire portugaise où Maddie a disparu. Viol pour lequel il est aussi visé par une demande d'extradition du Portugal.

Des maillots de bain d'enfant saisis dans son camping-car

Les enquêteurs sont remontés jusqu'à Christian B. grâce à une collaboration entre les polices allemande, portugaise et britannique. Ils estiment disposer des éléments étayant le fait que Madeleine McCann, âgée de trois ans au moment de sa disparition au Portugal en 2007, est morte.

Un porte-parole du parquet de Brunswick a précisé à l'AFP, mercredi 17 juin, que la police allemande disposait "de preuves", "de faits concrets", "et non de simples indications" pour appuyer sa conviction. Il ne s'agit toutefois pas de "preuves médico-légales", selon le parquet. "Je ne peux pas, pour l'instant, vous révéler les informations exactes dont nous disposons et qui indiquent que notre suspect a tué Madeleine", a ajouté ce porte-parole, précisant que les autorités allemandes avaient écrit aux parents de la fillette.

Selon plusieurs médias, dont Der Spiegel, les enquêteurs auraient à leur disposition les véhicules du suspect lors de son séjour au Portugal, à savoir une Jaguar et un van. Ils ont découvert dans le camping-car de Christian B. des maillots de bain pour enfants. Par ailleurs, ils auraient également mis la main sur des clés USB contenant des milliers d'images pédocriminelles, dont certaines mettant en scène le suspect.

Il est suspecté depuis 2013

Christian B. est suspecté depuis des années. La police allemande aurait d'ailleurs commis une erreur en informant Christian B., dès 2013, qu'elle le soupçonnait dans l'affaire de la disparition de Maddie. Ce qui pourrait lui avoir laissé la possibilité de détruire des preuves éventuelles. Dans un courrier officiel adressé au suspect le 4 novembre 2013, que Der Spiegel a consulté, la police indiquait clairement au suspect qu'elle voulait l'entendre dans l'affaire. "Cela n'aurait pas dû se passer ainsi et ne correspond en aucun cas à la procédure usuelle dans un cas aussi délicat", déplore un policier dans Der Spiegel. D'ordinaire, les enquêteurs cherchent d'abord à réunir des informations, avant de confronter un suspect.

En 2013, la police allemande avait été mise sur la piste de Christian B. à la suite d'une émission très regardée en Allemagne, qui permet à la police de lancer des appels à témoins. Les parents de la fillette étaient intervenus avec le chef d'enquête britannique en présentant deux portraits robots de potentiels suspects. Un homme affirmant qu'à l'époque Christian B. travaillait avec lui au Portugal dans les services liés aux piscines s'était alors manifesté.

Il pourrait être impliqué dans d'autres affaires non élucidées

Désormais, d'autres affaires de disparitions d'enfants vont être réexaminées. La police allemande s'intéresse ainsi à la disparition de la petite Inga, en 2015, dans une forêt de la région allemande de Saxe-Anhalt. Plusieurs autres meurtres non élucidés d'enfants ou adolescents en Europe, notamment en Belgique et au Pays-Bas, font l'objet de vérifications visant à établir si le suspect pourrait y être mêlé.

Vous êtes à nouveau en ligne