Mort du prince Philip : Harry et Meghan lui rendent un sobre hommage virtuel

Ce direct est terminé.

Le duc d'Edimbourg est mort "paisiblement ce matin au château de Windsor", à l'âge de 99 ans, selon un communiqué. 

"C'est avec un profond chagrin que sa majesté la reine annonce la mort de son époux bien aimé le prince Philip, duc d'Edimbourg". C'est avec ce message que le palais de Buckingham a annoncé, vendredi 9 avril, la mort du prince Philip, époux de la reine Elizabeth II. Selon le communiqué, il est mort "paisiblement ce matin au château de Windsor", à l'âge de 99 ans.

Le prince Harry et sa femme Meghan Markle lui ont rendu hommage sur le site de leur organisation Archewell, tandis que les spéculations fusent sur la présence du couple à l'enterrement au Royaume-Uni. Un fond sombre avec un seul message se détachant en lettres blanches : "A la mémoire de son Altesse royale, le duc d'Édimbourg, 1921-2021", était visible vendredi sur le site. "Merci pour votre dévouement...Vous nous manquerez grandement", indique aussi l'hommage.

L'Amérique pleure le prince Philip. L'ex-président américain Donald Trump a déclaré que le décès du prince Philip représentait une perte "irremplaçable" pour le Royaume-Uni, tandis que Barack Obama a salué le départ d'un homme qui "a montré au monde comment être un mari dévoué"Plus tôt, le président américain Joe Biden avait salué "les décennies d'action dévouée" du prince Philip, notamment en faveur de l'environnement.

 Le président français salue "une vie exemplaire". Emmanuel Macron a salué, dans un tweet en anglais, "une vie exemplaire marquée par le courage, un sens du devoir et de l'engagement pour la jeunesse et l'environnement". Le président français a présenté ses "sincères condoléances" à la reine Elizabeth, à la famille royale et au peuple britannique.

Boris Johnson salue son travail "extraordinaire". Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a aussitôt réagi. Dans un message, il a salué le travail "extraordinaire" du prince Philip. Le chef de l'opposition travailliste, Keir Starmer, a quant à lui déploré "la perte d'un serviteur public extraordinaire", qui a "dédié sa vie à notre pays", d'abord au sein de la Royal Navy puis aux côtés d'Elizabeth II. 

 Les drapeaux mis en berne. Les drapeaux britanniques ont été mis en berne au palais de Buckingham après la mort du prince Philip. Une note annonçant le décès du duc d'Edimbourg a été affichée sur les grilles du palais, selon les images diffusées par les télévisions britanniques.

Des hommages en Ecosse et en Irlande du Nord. La Première ministre indépendantiste écossaise Nicola Sturgeon s'est dite "attristée" par la mort du duc d'Edimbourg et a adressé des condoléances en son nom et celui des Ecossais à la reine et à la famille royale. Selon elle, il laissera "une marque profonde" en Ecosse, nation avec laquelle il partageait "des liens profonds et durables" et où il passait régulièrement ses vacances à Balmoral. En Irlande du Nord, la Première ministre unioniste Arlene Foster a rappelé que le prince était "largement respecté pour son service actif et dévoué à son pays ainsi que pour son soutien inébranlable à Sa Majesté la reine pendant son règne".

Une vie aux côtés de la reine. Deux pas en retrait, le grand amour de la souveraine a fidèlement accompagné la reine Elizabeth pendant plus de soixante-treize ans. Même s'il devait souvent s'effacer, le prince Philip était resté impétueux, malgré le sacrifice de sa carrière et les lourdeurs du protocole. "Mon premier, second et ultime emploi est de ne jamais laisser tomber la reine", avait-il expliqué à son secrétaire particulier, Michael Parker, juste après son mariage, en 1947.

Vous êtes à nouveau en ligne