"C’est arrivé à beaucoup de mes copines" : au Royaume-Uni, de la prison pour ceux qui prennent des photos sous les jupes des filles

Prendre une photo sous la robe de quelqu\'un à son insu pourrait devenir une infraction passible de deux ans d\'emprisonnement.
Prendre une photo sous la robe de quelqu'un à son insu pourrait devenir une infraction passible de deux ans d'emprisonnement. (THOMAS LO PRESTI / MAXPPP)

Après un an de débat, la Première ministre britannique a annoncé qu’une loi criminalisant le fait de prendre des photos sous les jupes sera adoptée par le Parlement avant l’été.

Deux ans de prison, maximum, à titre de peine encourue, ainsi qu’une inscription au registre des délinquants sexuels : le gouvernement britannique veut criminaliser le fait de prendre des photos sous les jupes. Il aura fallu un an de débat, le rejet du texte une première fois à cause d’une faille juridique, pour que la Première ministre britannique, Teresa May, annonce que la loi sera adoptée par le Parlement avant l’été. 

"Faut vraiment les mettre en prison"

L’annonce a été vécue comme un soulagement pour Maia, 24 ans, robe bleue et talons hauts. "Faut vraiment les mettre en prison, peste l’étudiante londonienne. C’est arrivé à beaucoup de mes copines, et ce n’est pas juste d’avoir des photos de vous qui circulent alors que vous ne le savez pas."

Cela arrive surtout quand on sort le soir dans des endroits bondés : les gens prennent des photos, y’a des problèmes dans les clubs, et on doit faire avecMaïaà franceinfo

Retoqué il y a quelques jours, à cause d’une faille juridique, le texte va finalement être présenté par le gouvernement aux parlementaires. Il sera validé avant l’été, promet la Première ministre.

"La police ne pouvait pas faire grand chose"

Tout est parti d’une pétition, lancée par Gina Martin et qui a recueilli plus de 100 000 signatures. "Dès que j’ai mis en ligne la pétition, j’ai reçu tellement de messages qu’il était évident qu’il fallait continuer", explique-t-elle. "J’ai commencé cette campagne parce que cela m’est arrivé, poursuit Gina Martin. Deux gars ont pris des photos de moi sous ma jupe, et j’ai vu les photos sur les téléphones de leurs amis. J’ai emmené un téléphone à la police et ils étaient désemparés : vis-à-vis de la loi, ils ne pouvaient pas faire grand-chose."

Cette nouvelle législation pourrait donc changer la donne et s’appliquer aussi bien aux femmes qu’aux hommes, pour répondre aux préoccupations des Ecossais, victimes de photos cachées prises sous leur kilt.