Un jeune homme inculpé dans l'enquête sur l'attentat dans le métro de Londres

La police sécurise les alentours de la station de métro Parsons Green, à Londres, après une attaque à la bombe artisanale, le 15 septembre 2017.
La police sécurise les alentours de la station de métro Parsons Green, à Londres, après une attaque à la bombe artisanale, le 15 septembre 2017. (STAISY MISHCHENKO / CITIZENSIDE / AFP)

Il s'agirait d'un Irakien de 18 ans qui était logé chez un couple âgé de Sunbury-on-Thames, à une vingtaine de kilomètres de la capitale britannique.

Un jeune homme de 18 ans a été inculpé dans le cadre de l'enquête sur l'attentat à la bombe artisanale qui a fait 30 blessés dans une rame du métro londonien la semaine dernière, a annoncé vendredi 22 septembre la police britannique.

Ahmed Hassan a été inculpé de tentative de meurtre et d'utilisation d'explosifs, a précisé la police dans un communiqué. Il avait été arrêté vers 7h50 (8h50 à Paris) samedi 16 septembre au lendemain de l'attaque, à Douvres (sud-est du Royaume-Uni), un point de transit vers l'autre rive de la Manche.

Il s'agirait d'un Irakien qui vivait dans une maison de Sunbury-on-Thames, dans le comté du Surrey, à une vingtaine de kilomètres de la capitale britannique. Il était hébergé par un couple âgé et respecté, qui faisait office de famille d'accueil.

Trois hommes toujours en détention

Trois autres hommes de 25, 30 et 17 ans sont par ailleurs en détention dans le cadre de cette enquête menée par la section antiterroriste de Scotland Yard. Deux autres ont été relâchés jeudi sans poursuites. La législation antiterroriste britannique permet de détenir les suspects 14 jours sans poursuites.

L'attentat, perpétré avec une bombe artisanale qui a mal fonctionné, placée dans une rame de métro à une heure de pointe, a fait 30 blessés à la station de Parsons-Green, dans le sud-ouest de la capitale britannique. Le groupe Etat islamique (EI) avait revendiqué l'attentat, mais les autorités britanniques restent circonspectes.