DIRECT. Attentat de Londres : d'autres suspects potentiels toujours recherchés, selon la police

Des policiers devant la station de métro Parsons Green de Londres, où a eu lieu l\'explosion, le 15 septembre 2017.
Des policiers devant la station de métro Parsons Green de Londres, où a eu lieu l'explosion, le 15 septembre 2017. (STAISY MISHCHENKO / AFP)

Un suspect de 18 ans a été arrêté, samedi matin. Quelques heures plus tard, une perquisition a eu lieu à une vingtaine de kilomètres de la capitale britannique.

Au lendemain de l'attentat qui a fait 30 blessés dans une station du métro de Londres, l'enquête s'accélère. La police britannique a arrêté un homme de 18 ans, samedi 16 septembre. Elle fait savoir qu'elle recherche d'autres suspects potentiels. Une perquisition a également eu lieu près de la capitale britannique. Suivez l'avancée de l'enquête avec franceinfo. 

 Une première arrestation. Un jeune homme de 18 ans a été arrêté, samedi matin, dans la région de Douvres, ville portuaire située dans le sud de l'Angleterre. La police évoque une interpellation "importante" dans le cadre de l'enquête. Selon les autorités, plusieurs pièces à conviction ont été saisies lors de la fouille de l'appartement de Douvres. "A ce stade, nous examinons encore la possibilité de savoir si une seule personne est responsable de l'attaque", a déclaré en fin de journée Neil Basu, un responsable de l'antiterrorisme au sein de la police londonienne.

 Une perquisition dans le sud-ouest de l'Angleterre. Elle a eu lieu dans un logement situé à Sunbury-on-Thames, à une vingtaine de kilomètres de la capitale britannique. Par mesure de précaution, l'immeuble entier a été évacué, tout comme les habitants des bâtiments aux alentours. 

Un niveau d'alerte "critique". Vendredi soir, le Royaume-Uni a relevé son niveau d'alerte terroriste au niveau maximum, a annoncé la Première ministre Theresa May. Le niveau "critique" signifie que les autorités britanniques estiment que le risque d'attentat est "imminent".

Un acte revendiqué par l'Etat islamique. Comme pour les précédentes attaques qui ont endeuillé le Royaume-Uni, cet attentat a été revendiqué par le groupe jihadiste dans un communiqué diffusé par son agence de propagande.

11h20 : Alors que l'enquête se poursuit au Royaume-Uni, au lendemain de l'explosion dans le métro de Londres, les Britanniques gardent leur calme, rapporte le Washington Post (en anglais). Un exemple classique de résilience, à l'image de la célèbre formule affichée en 1939 "Keep Calm and Carry on" ("Restez calme et continuez").

09h36 : L'enquête se poursuit au Royaume-Uni, au lendemain de l'explosion dans le métro de Londres. "Nous recherchons des suspects", a indiqué hier soir le commandant de l'unité antiterroriste de la police : "Quelqu'un a placé cet engin explosif artisanal dans le métro. Nous devons garder l'esprit ouvert à ce stade sur qui il est et sur ses complices potentiels."

Vous êtes à nouveau en ligne