Attaque de Londres : le mode opératoire des terroristes

FRANCE 3

Quel a été le mode opératoire des assaillants de ce samedi 3 juin à Londres ? Ils ne se sont pas fait exploser, mais ont tué à coups de couteau sept personnes. 48 autres ont été blessés, dont quatre Français.

Un véhicule a foncé dans la foule sur le London Bridge à Londres (Royaume-Uni), ce samedi 3 juin. Il s'agit du même mode opératoire que d'autres attaques terroristes. Comme à Nices (Alpes-Maritimes), le 14 juillet dernier, sur la promenade des Anglais. Comme à Berlin (Allemage), en décembre 2016, sur le marché de Noël. Comme à Londres en mars dernier, sur le pont de Westminster.

Semer la terreur

C'est en septembre 2014 qu'un porte-parole de Daesh théorise ce type nouveau d'action. "Si vous ne trouvez pas d'engin explosif, isolez l'américain infidèle, le français infidèle, ou n'importe lequel de ses alliés... Tuez-le avec un couteau, renversez-le avec votre voiture", avait déclaré Abou Mohamed Al-Adnani. Une simple voiture ou un camion deviennent une arme. Au Louvre, en février dernier, une tentative d'assassinat a eu lieu avec un couteau. Ces attentats à l'arme blanche ne demandent ni logistique, ni même un réseau, et très peu d'argent. Une femme ou un homme radicalisé, prêt à mourir, peut semer la terreur.

Vous êtes à nouveau en ligne