Acte terroriste à Londres : le conducteur de la voiture-bélier inculpé de tentative de meurtre

La police scientifique inspecte la Ford Fiesta qui a fauché des piétons faisant trois blessés, à Londres, le 14 août 2018.
La police scientifique inspecte la Ford Fiesta qui a fauché des piétons faisant trois blessés, à Londres, le 14 août 2018. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

Cet homme d'origine soudanaise habitant à Birmingham comparaîtra lundi devant le tribunal de Westminster, à Londres. 

Le Britannique de 29 ans, accusé d'avoir commis mardi un attentat à la voiture-bélier ayant fait trois blessés devant le parlement à Londres, a été inculpé samedi 18 août de "tentative de meurtre", a annoncé la police.

Salih Khater, un homme d'origine soudanaise habitant à Birmingham et accusé d'avoir précipité son véhicule sur des cyclistes et des policiers, comparaîtra lundi devant le tribunal de Westminster, à Londres, a précisé la police.

"La police traite cette affaire comme relevant du terrorisme"

"Cette inculpation intervient après un incident au cours duquel M. Khater a lancé sa voiture sur un groupe de passants immobiles à l'extérieur du parlement", a indiqué la police de Londres dans un communiqué. "En raison de la méthodologie employée, de l'endroit choisi et du choix présumé de prendre pour cibles des civils et des policiers, la police traite cette affaire comme relevant du terrorisme", a-t-elle précisé.

Selon la BBC, Salih Khater est arrivé en 2010 comme réfugié au Royaume-Uni, après avoir séjourné en Libye. Il y a poursuivi des études en sciences à Birmingham et obtenu la nationalité britannique. Il aurait également obtenu un permis de l'Autorité de l'industrie de sécurité (SIA) et travaillé comme garde de sécurité à Nottingham (centre).

Cette attaque présente de nombreuses similitudes avec celle perpétrée en mars 2017 par Khalid Masood, un Britannique converti à l'islam, qui avait fait cinq morts et des dizaines de blessés. Khalid Masood avait percuté des passants avec son véhicule avant de poignarder mortellement un policier devant le parlement, un attentat revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique.

Vous êtes à nouveau en ligne