Angleterre : le coût de l'EPR de Hinkley revu à la hausse par EDF

FRANCE 3

Le site construit dans le sud-ouest de l'Angleterre peut-il fragiliser un peu plus EDF ? L'électricien a annoncé que la facture de la future centrale nucléaire britannique sera bien plus lourde que prévue.

Le chantier a à peine commencé, déjà les coûts prévus pour les deux réacteurs EPR d'Hinkley en Angleterre explosent. Plus 1,8 milliard d'euros, le montant total estimé du chantier s'élève désormais à 22,3 milliards d'euros. Avec un retard annoncé de 9 à 15 mois selon les réacteurs, une nouvelle qui n'étonne pas les syndicats. "Il aurait fallu attendre un retour d'expérience sur les EPR de Flamanville (Manche). Et on a dit attention si vous le faites maintenant, il y aura des retards, il y aura des aléas", explique Sébastien Menesplier, CGT Energie.

Inquiétudes

EDF explique ces coûts supplémentaires par des exigences nouvelles des Britanniques et des changements dans les déroulés des travaux. Des raisons trop floues pour le gouvernement français qui a tout de suite réagi par communiqué. "Le ministre de l'Économie et des Finances a demandé au PDG d'EDF que les causes précises de cette réévaluation et les facteurs de risques du projet (...) soient partagés et analysés au sein du conseil d'administration", indique-t-il. Une inquiétude à la hauteur des enjeux. C'est la rentabilité du nucléaire qui est en question selon certains spécialistes. Hinkley Point, une mauvaise nouvelle supplémentaire pour EDF, la facture de l'EPR français de Flamanville (Manche) a déjà été multipliée par trois.  

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne